Coronavirus : la revanche des gilets jaunes.

G-jaune-doigt-d-honneur

 

Monsieur le Président de la République,

On t’écrit pour te dire que tu ne dois pas t’inquiéter pour nous, les gens qui se sont rien, les sans dents, les analphabètes, car on ne risque rien avec le Coronavirus. Personne ne vient jamais nous voir, à fortiori  pas Italiens , et les Chinois encore moins. Et comme toutes nos usines ont fermé depuis longtemps, on n’est pas emmerdé avec les flux de la mondialisation qui pourraient nous amener la vérole. Aucune chance non plus d’être contaminé pendant une rencontre de football avec un club italien, car le notre, il est en vicinale 2, et celui que l’on doit rencontrer, pareil. Alors on va avoir un beau match de hourra football, pendant lequel on va pouvoir picoler nos bières peinards, loin des saloperies de la mondialisation. Aucune chance non plus de rapporter cette saleté de nos vacances, parce que nos vacances on les prend à la maison, à cause du chômage que l’on subit depuis la désindustrialisation. Aussi, avec nos vieilles bagnoles sans contrôle technique, sans assurance, et nous, souvent sans permis, on dépasse rarement les limites de la commune, et du département encore moins. Et si malgré tout le coronavirus arrivait jusqu’à nous, pour le confinement, on est les meilleurs, avec nos petits vieux qui crèvent lentement seuls chez eux, nos mères isolées qui paniquent chez elles d’arriver à finir la fin du mois, qu’elles n’arrivent même pas à commencer avec le R.S.A, et nos agriculteurs qui se tirent régulièrement une balle dans la bouche, isolés qu’ils sont avec leurs dettes. On ne contaminera même pas le médecin, puisque le dernier est parti l’année dernière. L’hôpital non plus, on ne contaminera, car on n’en a plus.  Quant aux grands rassemblements de populace qui seraient dangereux, comme on n’a pas bénéficié des milliards pour les banlieues, ça se limite au stade, sans les gradins, et à l’arrêt du bus scolaire, sans les vitres, vu que l’on a plus d’école non plus et qu’il faut bien se les geler en hiver pour attendre le bus qui emmène les enfants à ce qui reste d’école.

On avait prévu de revenir tout péter sur les Champs-Élysées, avec les déçus du syndicalisme qui ont perdu tout leur pognon dans les grèves contre le projet de retraite t’en aura pas, et qui ont encore plus la haine que nous, mais finalement on a trouvé un bouquin qui parle de vivre et travailler au pays, et on va l’étudier avant d’aller marcher sur l’Élysée, et de venir te chercher avec nos nouveaux potes, qui ont rejoint, la catégorie des cocus.



Coronavirus et crise systémique.

détonateur

Le coronavirus sera t-il le détonateur de la crise systémique ? Dans le pays du tout pour ma gueule et des arrangements entre copains et coquins, cela pourrait devenir grandiose. Ils ont déjà du mal à contenir les gilets jaunes, la racaille, les agriculteurs, on imagine la France dans la panique de la pandémie …

On a les bombes, elles cherchent leur détonateur. Rappelons le contexte : pour contenir la crise de surproduction de 2008, les banques centrales ont déversé massivement de la fausse monnaie sur le monde. Résultat : 12 ans après, tous les agents économiques battent les records d’endettement, jamais atteints en 2008, jamais atteints en temps de paix, ni même en temps de guerre. Que font les entreprises de cet argent ? Elles rachètent leurs propres actions pour faire monter les cotations, versent des dividendes de dingues en rationalisant leurs activités, comprendre en accentuant l’accumulation monopolistique, en réalisant de la croissance externe, et en envoyant à pole emploi les activités les moins rentables, mais surtout pas en investissant, car il faudrait être vraiment con pour le faire dans un contexte de déflation. Que font les banques ? Elle crèvent plus ou moins doucement des taux bas et négatifs, en entassant les cadavres dans les placards, et en multipliant les accords de crédit pour compenser par le volume la disparition des marges, et elles préparent le grand plan sidérurgique des banques, avec fermeture massive des agences et licenciements attenants, pour accentuer la rentabilisation de leurs activités. Que font les compagnies d’assurances ? Elles transpirent à grosses gouttes, en se demandant combien de temps elles vont pouvoir servir les rendements des contrats d’assurances vie, avec les taux négatifs des dingues des banques centrales. Que font les bobos ? Ils votent Macron, en pensant à l’écologie, et en étant très fiers de ne pas appartenir aux catégories de ces sales cons d’ouvriers, d’employés, d’agriculteurs, et de gilets jaunes, qui paniquent pour leurs retraites et la hausse du prix de l’essence, après avoir voté eux aussi massivement Macron à la présidentielle, alors qu’il était écrit noir sur blanc dans son programme, qu’il allait les tondre. Au moins, tout le monde peut prendre maintenant des crédits sur trente ans, même avec un avenir professionnel sombre, en profitant des taux bas pour faire gonfler la bulle immobilière. Que fait Macron ? Il est très fier d’avoir contenu les gilets jaunes et d’avoir taulé la C.G.T et Sud machin sur les retraites, il dit merci à sa police, tente de contenir les agriculteurs qui vont se faire avoir sur la PAC, que les Grands Bretons ne sont plus là pour payer, et continue de réformer, comprendre à revenir à l’age de pierre social.

Résultat, la haine est partout, chacun attend le bon moment pour égorger son voisin, alors, dans la salle de bal du Titanic, tant que l’orchestre joue, dansons, chacun pour soi, Dieu pour tous.



La France débranchée.

BB65989D-5ECC-4C23-B923-1420BE5B3F20

 

Hier soir le réacteur N°1 de la centrale nucléaire de Fessenheim, après 42 années de bons et loyaux services a été arrêté. il aurait pu continuer à fonctionner au moins pendant 20 ans encore. Des dizaines de travailleurs et de commerçants vont se retrouver sur le carreau. On ne pourra pas leur offrir des emplois dans l’industrie charbonnière comme en Allemagne, après la fermeture du nucléaire, car on n’a plus d’industrie charbonnière. À chacun son petit calcul politicien : en Allemagne, Angela a fait très fort en récupérant par sa décision, à la fois les suffrages du lobby du charbon, et ceux des écologistes. En France c’est juste la conséquence d’un petit accord avec les politiciens professionnels de l’écologie, pour former une majorité de circonstance, qui justifia la décision. En attendant, on se prend dans la tronche toute la pollution des centrales thermiques allemandes qui tournent à plein régime, et la France crève doucement. Rendez nous Keynes et Colbert. Virez les bonimenteurs de la réclame et remplacez les par des scientifiques. Et on est même pas payé par EDF pour écrire cela.

 



coronavirus : l’heure de vérité

mort

21 Février 2020 : une dizaine de villes en Italie ferment leurs espaces publics, à la suite de la découverte de foyers supposés d’infection, au coronavirus. L’Europe ouverte à tous vents va t-elle faire mieux que la Chine planifiée ?



Un village pour les gilets jaunes (avant la chute de Constantinople)

59B41F39-ADF8-435E-9F95-1A7A01200C9BAller, c’est une réédition, pour mettre un peu d’espoir. Sur la jolie image c’est  Sainte Sophie de Constantinople. Allez Vladimir. 

drapeau françaais

Tonton,

Je t’écris de mon village où il n’y a pas de chômage et où l’énergie est presque gratuite grâce au onzième plan. L’énergie est presque gratuite parce que on y utilise les panneaux solaires, les éoliennes et les moulins à eau fabriqués en France par des entreprises publiques, mais aussi privées, (on n’est pas chez les Soviets). Parfois le Monsieur de la commission européenne vient nous voir, parce qu’il soupçonne que tout cela est un peu subventionné, et en Eurocratie c’est interdit. On va le chercher à la gare de notre ligne secondaire toute nouvelle, et on le ramène au village avec nos voitures électriques fabriquées en partenariat avec Poutine, et dont certaines pièces viennent de Singapour sur Tamise du Brexit hard. Pendant sa visite on lui démontre que rien n’est subventionné, parce que des habitants du village se déguisent en travailleurs détachés qui travaillent même la nuit, et sont bien exploités, et que c’est donc normal que l’on soit compétitif avec les pays qui font travailler les enfants. Le Monsieur de la Commission européenne il repart alors content en disant qu’il faut continuer comme ça, et qu’il a encore les Grecs à aller voir crever la misère, et les prisonniers politiques catalans, pour voir si les prisons sont bien aux normes de construction européennes.

De toute façon c’est vrai que l’on gagne de l’argent avec nos panneaux solaires, on en vend même pour éclairer les panneaux indicateurs qui indiquent le chemin de nos toutes nouvelles centrales nucléaires. On a d’autant moins de chômage que l’on a de gros besoins d’équipement. Ainsi pour ruiner les concessionnaires des autoroutes, et les contraindre à nous les rendre, le gouvernement a décidé de doubler toutes les routes nationales en montant la vitesse à 110, et en baissant celle des autoroutes à 120. Pour financer tout ça, on a vendu à Mario de la BCE des obligations qui nous rapportent de l’argent, puisque les taux sont négatifs, mais ça c’est le problème de Mario. Bien sûr on a gardé l’Euro pour pouvoir avoir un déficit commercial massif, en attendant d’avoir fini la réindustrialisation. Les Prussiens nous font un peu la gueule, parce que si ils contrôlent notre déficit budgétaire, y a rien de prévu concernant la balance des paiements. Lol. Pour dissimuler nos contournements des règles de l’Eurocratie, on a une autre monnaie, une crypto monnaie, qui s’appelle le Francoin. Y peuvent rien nous dire, parce que c’est une monnaie privée. En fait ce sont les Gaulois réfractaires du comité Jean Moulin, dont le Président est le gouverneur de la Banque de France qui tiennent lieu de blockchain, mais ça personne ne peut le savoir, parce qu’ils sont cachés dans les catacombes de Paris.

De toute façon on tient les Eurocrates, parce que on a versé des dizaines de valises de billets dans les restaurants de Bruxelles, en se faisant passer pour des entreprises américaines, pour pouvoir exploiter massivement notre pétrole de schiste et celui que grâce à Dieu on a découvert dans la Mer d’Iroise. Politiquement on s’est couvert, en ayant deux ou trois ministres écologistes, à qui le Premier ministre fait bouffer en douce des petits fours bourrés d’OGM. Lors d’une réception il a même réussi à ce qu’ils fassent une ola pour Mosanto. MDR. Du coup, grâce à notre pétrole plus besoin de vendre nos armements aux pays qui financent le terrorisme, on s’en sert directement quand il y a besoin de mettre les choses au point.

On n’a jamais fait autant d’enfants au village, les jeunes ont arrêté de picoler, ou juste ce qu’il faut. Ils ne peuvent pas aller bourrés au comité de gestion de nos usines toutes neuves, ni aux réunions pour savoir si il faut un RIC ou non. Il faut dire que du changement il y en a eu. Ainsi quand les Ricains nous ont dit qu’il fallait payer pour rester dans l’OTAN. On a dit chiche, on n’a rien payé, on s’est cassé, et maintenant ça a de la gueule quand notre belle marine nationale vogue au coté de celles de la Russie et de la Chine en Méditerranée. Cela nous a permis de mettre un peu d’ordre en Serbie et chez les chrétiens d’Orient. Et maintenant quand les trois couleurs se lèvent dans les stades, la racaille ne siffle plus, elle se lève et chante la Marseillaise avec les autres Français.

 



Le Coronavirus et un onaniste se promènent en bateau.

2D00AD2F-85D0-4725-89F5-424691A1150F

 

L’effondrement de la production industrielle en France et en Allemagne va vite trouver son explication dans la machine à propagande : cela sera la faute au Coronavirus, même si la récession industrielle est antérieure à ce dernier. Il faut dire que dans des pays incapables d’arrêter des canots pneumatiques en Méditerranée, on n’est pas très rassuré concernant la capacité de l’eurocratie décadente à réussir le confinement de millions de personnes, comme en Chine. On n’est pas inquiet cependant: le nuage de Tchernobyl va s’arrêter à la frontière.

En attendant, les restes de l’industrie française, comme prévu, comme annoncé sur le blog, se prépare au choc final. Quand les marchés boursiers sont au sommet, l’action Renault s’écroule, et sa direction envisage de verser sa contribution à la baisse du chômage, en fermant au moins une usine en France. Cela sera pour après les municipales de 2020. Peugeot va se dissoudre dans la mondialisation, plus sûrement qu’un sucre dans un café. On n’aura pas la cruauté de parler de Technicolor, ancienne Thomson. Il suffit de disserter sur Latécoère, définitivement passée sous contrôle étranger, ou encore du futur démembrement d’E.D.F, avec socialisation du coût de la fermeture des centrales nucléaires, et privatisation des profits. Bojo, qui a quitté le rafiot vermoulu de l’eurocratie, se prépare à reconstruire une Grande Nation, et va passer commande d’un T.G.V pour relier le Nord et le Sud du pays… À une entreprise publique chinoise…  C’est le début de la fin pour le T.G.V français, devenu allemand, et qui va encore se fourvoyer dans de la croissance externe, le grand truc des nazes surpayés qui ont planté l’industrie française depuis quarante ans.

Il faut dire que l’on n’imagine pas un instant de trouver sur les réseaux sociaux, des vidéos de Trump ou de Poutine en train de se branler. En France c’est possible, comme cela est possible de voir un transpalette défoncer volontairement la porte d’un ministère. La classe politique française, unanime, condamne le réfugié politique (!), qui a posté la vidéo porno, et qui menace d’en poster d’autres. Le réfugié risque de se suicider par pendaison, dans sa cellule, comme feu un  américain qui organisait des partouzes avec des mannequins mineures, pour une partie du gotha de la mondialisation, dans son appartement de l’avenue Foch à Paris 1-6. Les zismes radicaux sont pliés de rire : n’en jettes plus, tu peux toujours parler de la sécession, cela devient presque trop facile d’endoctriner la jeunesse française dans ces conditions. Grâce à la pseudo élite française et sa classe politique la plus bête du monde, demain sera l’affrontement ethnico-religieux. Mila a d’abord acheté des baskets pour courir, puis achètera finalement une Kalachnikov fournie par Adolphe. Certes ils sont dégénérés, mais comme la République les a trahis,  il n’y aura même pas besoin de les abreuver de Pervitine pour en faire des nouveaux barbares, avec tout ce qu’ils ont avalé avant, ils feront très bien la course avec ceux d’en face, à celui qui produira le plus grand charnier. Pour arrêter la machine infernale, il faudrait que les politiciens français composent, en choisissant parmi les moins pourris  d’entre eux, un gouvernement d’union nationale. Ils ne le feront jamais, et quand cela tournera vraiment mal, ils s’enfuiront à Bordeaux ou à Vichy. Il y déjà longtemps qu’ils ont annoncé leur soumission. On n’arrête pas un tsunami, on prépare l’après, pour qu’une fois encore, cela soit la dernière fois.



le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | actuetbuzz
| appleshoes
| CGT Association Rénovation