BREXIT : the End ?

brexitOn dirait avoir eu un peu raison car :

le 30/06/2016 on écrivait : Brexit marche arrière toute :

 

Boris se dégonfle, il ne sera pas le premier ministre ultra libéral du BREXIT.

 

Plusieurs hypothèses sont possibles :

  • ils sont venus chez lui avec des valises de billets, (en Euros car la Livre se casse trop la gueule).
  • ils sont venus chez lui avec des kalachnikov, en lui disant que la presse aux ordres raconterait qu’il s’agissait d’une attaque terroriste.
  • Ils ont fait les deux, en lui disant que si il ne prenait pas les valises de billets, c’était le cimetière.
  • Boris a réalisé que la majorité de ceux qui avaient voté pour le Brexit étaient de gauche, et ça c’est comme les cuisses de grenouilles, pour Boris c’est insupportable.  

Bref, quelque soit l’explication, ça va finir par se voir que l’eurocratie s’assoit sur les référendums.

Et le 21/06/2016 : Brexit comme prévu…

…Il ne se fera pas. Et cela pour plusieurs raisons. D’abord les partisans du Brexit représentent des intérêts contradictoires. Qui y a t-il de commun entre les ultras libéraux, qui sont convaincus que l’avenir est en Asie, et surement pas dans l’Europe décadente,  les victimes de cet ultra libéralisme qui tentent de résister comme ils peuvent, et les ultras nationalistes ? D’autre part, le pouvoir immense des forces de la mondialisation, apatrides par nature, rend caduque l’idée de nation. Du moins en Europe, où les mafias mondialisées dirigent tout, la corruption est généralisée, où l’école de Chicago a atteint son rêve : un monde d’agioteurs et de trafiquants, optimisant tout en fonction de critères totalement matérialistes, où même les relations humaines et la copulation sont soumises aux lois du marché. Il faudrait un miracle pour que les électeurs anglais résistent au déferlement de propagande contre le Brexit.

C’est justement après le référendum  que l’histoire va se venger en Europe. D’abord les délires idéologiques de l’Ecole de Chicago nous conduisent droit à la pire des catastrophes économiques, et ceux qui dirigent ce monde et se croient à l’abri se trompent lourdement, rien n’est écrit, et surtout pas le monde ubérisé qu’ils espèrent. Car cela commence à puer la guerre civile un peu partout en Europe. Les nations se délitent, les tribus se reforment, et cela sur des bases ethniques. Et la petite bourgeoisie, prochaine victime de la mondialisation, commence à s’agiter et à fournir ses habituels bataillons des guerres civiles, en attendant de fournir les bourreaux, les Fouquier-Tinvile, les Pol pot, et tous ceux qui bavent d’impatience d’accéder enfin au pouvoir quitte à organiser des boucheries massives . La violence est partout, et chacun sait qu’il finira bien par en découdre : « Magnanville : les fractures françaises au grand jour » titre un quotidien de la pensée unique. Il est temps de s’en rendre compte, malheureusement c’est déjà trop tard.

En attendant Rome s’est donné un nouveau maire. C’est une femme, elle est jeune, elle est belle. Et en plus elle se présente comme le chevalier blanc de la lutte contre la corruption. Le temps que cette dernière la rattrape, ne boudons pas ce plaisir, car elle fait mordre la poussière au social traître qui fait carrière en  gouvernant l’Italie, et elle fait transpirer les raclures de l’eurocratie.

Pour une fois que l’on encourageait les plus dingues des libéraux ! Décidément cette Europe, c’est de l’eau tiède des porteurs de valises. Qu’est ce qu’on s’emmerde, vivement la crise systémique. 

 



Laisser un commentaire

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | On S'Bouge
| appleshoes
| CGT Association Rénovation