Justice en France : comment veux-tu que l’on s’en sorte ? ( De la crise, du merdier généralisé).

juges
Justice

La Cour de cassation prise en défaut de connivence

Par Marc Chevallier et Rédacteur En Chef D’“Alternatives Économiques”

Publié le 29/07/2018 à 12:00
Extraits du journal Marianne
Les juges de la chambre sociale ont examiné le cas d’une entreprise pour laquelle trois d’entre eux avaient fourni des prestations grassement rémunérées.

Peut-on à la fois dire le droit et intervenir en tant que conférencier pour le compte de l’entreprise qu’on est en train de juger ? La question ne semble pas avoir effleuré des magistrats de la chambre sociale de la Cour de cassation, qui font aujourd’hui l’objet d’une plainte auprès du Conseil supérieur de la magistrature.

A l’origine de l’affaire, il y a un arrêt de la Cour de cassation rendu en février, qui a fait bondir les salariés français du groupe Wolters Kluwer, propriétaire des publications de Liaisons sociales et de Lamy. Cette décision venait clore définitivement le litige les opposant depuis des années à leur employeur, auquel ils reprochaient d’avoir siphonné leur participation par le biais d’un montage financier frauduleux.

Petits extras récurrents

Problème, sur les six juges ayant voté dans cette affaire, trois cachetonnaient pour le compte de Wolters Kluwer France (WKF) : Jean-Yves Frouin, Jean-Guy Huglo, et Laurence Pécaut-Rivolier, respectivement président, doyen et conseillère de la chambre sociale de la Cour de cassation, rédigeaient régulièrement des articles pour les revues juridiques du groupe ou participaient à des colloques qu’il organisait. Le 5 octobre 2017, les deux premiers présidaient ainsi, au Pavillon Dauphine, à Paris, une journée de conférence de Liaisons sociales consacrée à la jurisprudence sociale de l’année écoulée. Les participants devaient débourser 1 140 € TTC pour y assister. Pour les intervenants, le tarif en vigueur chez WKF tourne autour de 1 000 € la journée et la prestation fait l’objet d’un bulletin de paie.

Le président, le doyen et la conseillère de la chambre sociale de la Cour de cassation cachetonnaient pour le compte de Wolters Kluwer France

Les trois juges du Quai de l’Horloge sont coutumiers de ces petits extras depuis des années, ce qui soulève un fort soupçon de conflit d’intérêts. Une telle situation aurait dû les amener à « se déporter », c’est-à-dire…

Cet article est reservé aux abonnés



Cette nuit qui tombe sur l’Europe.

les japonais nettoient parisLes non-résidents ne détiennent plus que 42,7 % des actions françaises du CAC 40. Du jamais vu depuis 2010. Ils ont vendu pour plus de 9 milliards d’actions en 2017. En général quand on pense que cela va mieux à un endroit du monde on y investit, et quand on pense que cela va mal, on désinvestit. En attendant pour nous aider, les Japonais depuis 2016 ont pris l’habitude de nettoyer Paris, et notamment le Trocadéro, qu’ils trouvent trop dégueulas pour être présenté à leurs touristes ! La honte absolue est sur nous, en attendant l’effondrement.



Pendez les Blancs !

drapeau-francais-drapeau-patriotique-drapeau-fra

C’est le titre d’un clip de rap publié le 17 septembre d’un artiste français bien de chez nous, puisqu’il réside allée des hautes feuilles à Noisy le Grand dans le 9-3. Les paroles sont à la hauteur de la mélodie :  » Je rentre dans les crèches, je tue les bébés blancs, attrapez-les vite et pendez leurs parents ! »

 

(Mais ça, cher artiste, c’est du plagiat d’un autre artiste, car cela a déjà été fait par Mohamed Merah qui a attrapé une petite fille par les cheveux à la sortie de son école pour lui tirer une balle en pleine tête, avant d’assassiner son père, le tout filmé par caméra Gopro.)

 

Cependant cette production artistique est évidemment une nouvelle étape franchie après que l’on ait toléré dans les universités françaises la tenue de réunions interdites aux blancs.

 

Et reconnaissons cependant un sens certain de la novation à Conrad Moukouri alias Nick Conrad.

Car le clip commence par une pendaison d’un homme blanc après avoir été enlevé la tête recouverte d’un sac poubelle. Puis deux hommes noirs lui enfoncent un pistolet dans la bouche avant de le torturer affreusement. Le tout ponctué de vers d’une grande poésie « Pendez les tous, pendez les blancs ! Écartelez-les pour passer le temps, divertir les enfants noirs de tout âge petits et grands. Fouettez-les fort faites-le franchement, que ça pue la mort que ça pisse le sang ! »

 

On suppose que quand le blanc est juif il aura même droit à un petit supplément : on ira le kidnapper dans son magasin de téléphonie pour le torturer à coup de brûlures de cigarette et de chalumeau pendant plusieurs jours dans la cave d’une cité sordide, d’un façon telle, que même la Gestapo n’aurait pas osé.

 

Mais quel rapport avec la crise économique ? Rappelez vous : quand la nuit va tomber sur l’Europe que l’on disait, car tout cela est le magnifique résultat de cette soupe mondialisée indigente, dont le seul objectif est de faire de la France une marchandise au service du capital apatride.

 

Pour cela il convient de nier l’existence des nations, de nier la supériorité de notre civilisation sur les autres, alors que nous devrions ne regretter rien, ne nous excuser pour rien. Français regardez les monuments aux morts qui portent les noms de vos ancêtres qui furent les héros de la liberté chérie, ou les victimes de la barbarie, plutôt que de baisser les yeux et de courber les épaules.

 

France, lève toi maintenant, ou crève comme la putain vérolée que tu es devenue.

 

Et pour ceux qui voudraient se lever, il convient de rappeler deux trois vérités historiques, par exemple en matière d’esclavage.

 

  • 1 : il y a en Afrique deux types d’ethnies, celles qui ont été vendues par leurs congères et celles qui ont vendu leurs congénères, car c’est bien aux Africains que les marchands d’esclaves achetaient leur marchandise.
  • 2 : il y a plus d ’esclaves noirs qui ont été déportés vers les pays musulmans que vers l’Amérique.
  • 3 : 1,5 million d’européens ont été victimes des razzias mauresques et ont fini en esclavage dans des pays musulmans sans laisser de descendance. A tel point que l’ambassadeur des États-Unis s’étonnera auprès du Dey d’Alger au 19°m siècle de la profusion d’esclaves blancs dans le port d’Alger. Cette situation est une des causes de la conquête de l’Algérie par la France, de la même façon que l’origine des croisades se trouve dans la supplication des chrétiens persécutés auprès d’un Pape, Pape qui à l’origine n’était pas franchement favorable à une intervention militaire pour faire cesser le martyre des chrétiens d’Orient. (Déjà…)

 

On sent bien en France une colère qui monte et qui transcende les appartenances politiques. On dirait bien que le peuple français, ce peuple admirable, ne veut pas crever, et que son génie pourrait permettre une fois encore de proposer une alternative à la nuit qui va tomber sur l’Europe. Car n’en doutons pas, d’autres ont bien entendu le message de haine, et ils comptent bien en profiter pour établir un Reich de mille ans. On ne dira pas que l’on ne savait pas.



En dépit de la propagande…

surproduction

Les chiffres confirment la réalité de la crise de surproduction. Selon le journal les échos, concernant la consommation des ménages en France

« une baisse des volumes d’un niveau jamais atteint en cinq ans ». Les ventes de petits pois, de lessives et autres shampoings ont trébuché de 1,2 %. C’est la plus forte chute depuis la crise financière de 2008. Il est vrai que cela est assez logique, il est quand même assez rare qu’en appuyant sur la pédale de frein, on fasse accélérer un véhicule.   En attendant le crac immobilier, on le dit, on le répète : la crise n’est pas finie, elle commence. 

 



La pensée unique prend peur.

exode

Un commissaire européen français de l’eurocratie déclare à des journalistes avoir le trouillomètre à son maximum. Un journal du soir de la pensée unique affiche dans sa une : « Dix ans après la chute de Lehman Brothers et le début de la crise mondiale, les parti antisystème ont envahi l’Europe. Le Brexit, Donald Trump, la poussée des démocraties illibérales à l’Est, la montée de l’extrême droite à l’Ouest, et jusqu’en Suède, en témoignent. Ces mouvements ont prospéré dans le sillage de la crise et des politiques d’austérité et provoqué une forte réaction contre les élites mondialisées. Les inégalités se sont creusées, le taux de pauvreté a augmenté… » Ils auraient pu ajouter, mais il ne le feront jamais, que les sociaux-traîtres ayant pratiqué les politiques économiques de leurs adversaires, ils ont poussé le prolétariat dans les bras de ce qu’ils appellent « les pooopulistes ». Qu’en se comportant en petits laquais du capital mondialisé et en favorisant l’immigration pour casser les salaires, ils ont accentué le renforcement de cette évolution. De ministre des finances qui les yeux dans les yeux fraudait son administration, en ministre de la Justice qui volait des robes de haute couture, les sans dents ont appris a haïr cette élite qui n’en est pas une. Et c’est maintenant un grand avocat pénaliste français qui déclare qu’il vaut mieux ne pas avoir affaire avec la Justice française, après qu’un autre ait déclaré il y a quelques années que quand il savait le juge et l’avocat de la partie adverse admirateurs de la truelle et des pyramides, il savait le combat perdu d’avance. S’ajoute que tout le monde réalise que les politiques de l’offre n’ont rien résolu. Au contraire la situation est bien pire qu’en 2007. Et tout le monde sait la prochaine crise inéluctable. Le résultat de leur politique, nous l’annonçons depuis 2011. On ne dira pas que l’on ne savait pas. 1933 n’arrive jamais par hasard. 

Alors oui, la pensée unique a raison d’avoir peur. Et en plus ces gens sont des lâches. C’est pourquoi à défaut d’être jugés, ils méritent bien les poubelles de l’histoire.   



Le drame de l’industrie française.

960x614_mugs-vendus-elysee-centre-imbroglioPorcelaine de Limoges, fabriquée quelque part sauf à Limoges, décorée à Toulouse, vendue par un camelot dans une maison louche, où l’on chantait sur le perron le jour de la fête de la musique « Suce ma bite lèche mes couilles », comment voulez vous que ça marche ? Un blog comprendre la crise économique fait une suggestion simple, de bon sens : serait-il possible que l’on cesse de devenir la risée de la terre entière ?



Les « pôvres »

macron et gattazgattazMedef

« Aujourd’hui, je vais vous parler des pôvres »

« C’est ça et moi du million d’emplois »

 



Le plan pauvreté des Tartuffes.

junker bourré

La bonne blague : c’est la politique ultra-libérale faite de trépanation du code du travail, de salaires de misère, de casse de l’industrie française, d’ouverture des frontières au dumping social, qui est responsable.

Depuis quand t’intéresses tu aux gens qui ne sont rien, aux analphabètes ?

Mais c’est vrai, il y aura bientôt des élections européennes, et en dépit du contrôle scandaleux des médias, de la multiplication des petits docteurs Goebbels de la mondialisation qui vomissent à longueur d’onde, comme des chiens enragés, sur les patriotes, cela sent bon l’inexorable montée de la colère, pour ne pas dire de la haine.



Baisse de la production industrielle.

La production industrielle de la zone euro a baissé en juillet 2018 pour le deuxième mois consécutif et plus fortement que prévu, montrent les données publiées mercredi par Eurostat, et, baisse des prix à la production aux États-Unis.

C’était pas le reprise ?

Bon nous, ce que l’on en dit…



Chemnitz, Khöthen, en Ex Allemagne de l’Est, la bombe à haine est en marche, rien ne l’arrêtera plus.

Si il y avait un endroit en Europe, où il fallait parier que les tentatives de régulation de la crise économique allaient réveiller les vieux démons , c’était bien celui là. Car il y a là, cumul des humiliations, des spoliations, des déclassements sociaux, des mensonges, des profiteurs, qui alimentent, lentement, mais sûrement, la matière explosive.

 

D’abord il y a les données historiques : la RDA c’était d’abord 25 % de la population qui provenaient des territoires perdus après 1945, Staline reprenant à son compte la plus vieille des méthodes de résolution des problèmes historiques : l’épuration ethnique. Évidemment cela n’aide pas dans l’amour du prochain.

 

Puis il y a eu la construction de la R.D.A. Là encore les cocus de l’histoire ont pu constater combien les révolutions permettent d’abord à de nouveaux privilégiés d’en chasser d’anciens. Bien vite il apparut que les queues, les pénuries et l’intégrale de Lénine c’était d’abord pour la population, les avantages et les privilèges, d’abord pour les apparatchiks du parti communiste.

 

Puis il y eu la déconstruction de la R.D.A, ce qu’ils ont appelé la réunification. La bonne blague, parlons plutôt d’OPA. Le comble des cocus ayant été que le pillage de l’Allemagne de l’est a été essentiellement organisé par les cadres communistes convertis au libéralisme. C’est ainsi qu’Angéla est une ancienne des jeunesses communistes. C’est ainsi que le prolétariat Est Allemand a vu les anciens cadres des usines communistes s’engraisser avec la liquidation de ces mêmes usines. Opportunisme quand tu nous tiens.

 

Reste que le génie de Kohl, probablement le plus grand homme politique allemand depuis Bismarck, fut de faire pleurer le reste du monde sur la généreuse opération qui allait coûter énormément d’argent pour récupérer les ruines du communisme. En réalité ce fut une colossale opportunité historique de faire main basse à bon compte sur les usines Est allemande, sa population très bien formée, de piller capital et travail pour le plus grand bien économique de l’Allemagne de l’Ouest. Par ailleurs, n’ayant plus de concurrent pour le modèle social avec l’effondrement du communiste on allait enfin pouvoir « réformer », c’est à dire lentement, mais sûrement, revenir à l’age de pierre social. Mais surtout l’Allemagne allait faire main basse sur toute l’Europe centrale en conquérant économiquement l’espace vital tant rêvé. Le tout en imposant à l’Europe de l’Ouest une monnaie allemande, l’Euro, et à la France, la Belgique et bientôt l’Italie (c’est à venir), la destruction de leurs industries au profit de l’industrie allemande.

 

Bref, ce que Hitler n’avait pas réussi à faire par la guerre et le massacre, Kohl l’a fait, dans la paix, avec le sourire, presque gentiment. Chapeau l’artiste.

 

Sauf que ce modèle économique, celui du libéralisme triomphant, fait bien sûr des perdants, d’abord l’Allemagne de l’Est laissée exsangue après la prédation. Puis l’ensemble des couches populaires et moyennes touchées par le déclassement social, et la mise en concurrence avec «les réfugiés» qui ont pour mission de faire baisser les salaires et d’aider à résoudre à la façon de l’économie de l’offre la crise économique de 2008 : par la contraction permanente des coûts et l’augmentation stupide des profits, stupide par le niveau de cupidité que cela révèle. Gagner de l’argent c’est bien, atteindre des niveaux stratosphériques de revenus pour les plus riches, est ce bien raisonnable?

 

Et donc nos petits allemands de l’Est voient disparaître avec leurs souvenirs celui des sécurités, sociale et civile. Certes la RDA, il fallait aimer cette atmosphère de nain de jardin vaguement socialiste, ce musée à ciel ouvert de société petite bourgeoise accomplie, ce laboratoire de la délation permanente. Mais au moins chacun avait un travail, pas très exigeant en plus, et on pouvait laisser sa porte ouverte avec une bonne chance de ne pas être volé, et encore moins de se faire traiter de salope par des hordes de frustrés dans les rues, hordes passant très rapidement aux tripotages les plus sordides, ou de se faire poignarder dans l’espace public.

 

Le fruit est donc mûr pour les aventuriers. Et comme la mondialisation reproduit un peu partout le même schéma de destruction des nations et du bien commun, il sera toujours temps de pleurer quand la nuit va tomber sur l’Europe, et de jouer les intellectuels pontifiants de la pensée unique horrifiés par les exactions de la populace révoltée. Mais en réalité dans cette catastrophe qui vient, où sont vraiment les salops ?

 



12

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | On S'Bouge
| appleshoes
| CGT Association Rénovation