L’Insee intègre le trafic de drogues au calcul du PIB.

 

Mais pas la prostitution, tout va bien.trafic-de-stupefiants-deux-dealers-interpelles-apres-une-longue-enquete-156667



C’est la reprise…

Reprise-economique-ce-qui-va-mieux-en-France

Si on vous le dit.

D’ailleurs, la courbe du chômage va s’inverser.

Aller, RDV dans un an, en Janvier 2019, et on en reparle.



Le vrai visage du libéralisme européen.

pas de l'oie

Les magistrats espagnols ont considéré que la présence mardi 30 Janvier 2018 au Parlement régional du leader indépendantiste Catalan Puigdemont, exilé en Belgique, est indispensable pour qu’il puisse être investi. Mais si il tente de venir, il sera mis en taule directement sans avoir aucune chance de parvenir au parlement. Silence assourdissant de toute la classe politique de l’eurocratie. Bravo, après l’insolente corruption, les cruelles politiques de l’offre, voilà le négation du scrutin universel. Mais le mieux, c’est ce silence assourdissant devant ce déni de démocratie. Inutile de mettre le feu au Reichstag, le discrédit est acquis, et personne ne se battra pour sauvegarder la démocratie en Europe.



A venir : la fin de la gauche.

tolstoî

Vous avez détesté, « Pourquoi Macron va échouer », vous haïrez « la fin de la gauche ». Qu’est ce que la gauche ? Pourquoi l’actuelle est un rassemblement de tartufes ?  Pourquoi  va t-elle disparaître ? A suivre. 



Quand Macron va échouer.

Alors le terrain sera vraiment libre pour l’aventure, car le petit Bonaparte constitue l’ultime tentative de régulation de ceux qui gouvernent la France depuis quarante ans.

Malheureusement l’effondrement du pays prend forme derrière les outrages aux serviteurs de l’Etat, avec ses enseignants qui ne peuvent plus enseigner, ses policiers lynchés, ses gardiens de prison assassinés, ses pompiers agressés, ses hôpitaux devenus des zones de violence permanente, etc…

Regarde ce pays qui démissionne devant les crasseux de la ZAD, qui ne vit plus qu’entre deux attentats, que grâce à la présence des militaires et des blocs de béton contre les voitures suicides, dans toutes les villes de France, où des membres de la pseudo-élite commence à tellement envisager la partition du pays, qu’ils osent l’écrire sous forme de propositions, tellement il leur semble évident que la seule réponse possible aux territoires perdus de la République, c’est de continuer à baisser son pantalon. On passera aux pertes et profit nos concitoyens défenestrés pour leur appartenance religieuse ou supposée ethnique, même si c’est une vieille dame torturée une journée entière, ou encore une gamine à qui on a tiré une balle en pleine tête en la tenant par les cheveux, un vendeur de téléphones torturé lui aussi plusieurs jours avec des brûlures de cigarettes, enchaîné dans une cave d’une citée sordide, un prêtre égorgé sur son autel en plein office.  On oubliera aussi la tenue de colloques interdits aux blancs en plein territoire français, dans des universités françaises, quand il ne s’agit pas de salles de prières dissimulées sous l’étiquette de locaux associatifs, avec la complicité de mandarins, dont on ne comprendrait pas pourquoi ils ne pourraient pas bénéficier eux aussi de la paix sociale, en l’occurrence estudiantine, et cela à n’importe quel prix.  Soumission, ils osent l’écrire, en faire un titre de roman, et rien ne saurait les sortir de leur narcissisme décadent, tant qu’ils peuvent continuer à jouir sans entrave.  Il y a longtemps aussi que le sort des chômeurs indiffère, et que là aussi, la soumission s’accompagne de la culpabilisation d’un peuple tellement trahi, tellement cocu, qu’il n’y a plus que l’abrutissement par des émissions débiles de télévision, la distribution massive des anti-dépresseurs, et de drogues douces de plus en plus dures, pour empêcher des émeutes de la haine. C’est aussi en France qu’une équipe de rédaction a été flinguée avec des Kalachnikov, et que les survivants doivent travailler dans un bunker. C’est encore en France que de simples promeneurs ont été éclatés à coups de camions fous, y compris de très jeunes enfants dont les cadavres côtoyaient le jouet qu’ils tenaient dans la main, avant d’être heurtés par le fatal camion. Disons le tout net, l’ensemble du personnel politique est responsable de cette situation, de la droite la plus bête du monde, capable d’envoyer un candidat à la présidentielle compromis dans de sordides affaires d’emplois fictifs pour toute sa famille, en passant par les sociaux-traitres qui ont pris l’ascenseur social pour eux-mêmes quand ils gouvernaient, en envoyant sans remord tout le prolétariat dans le monte-charge en direction de la cave, sans oublier insoumis et pseudos-communistes, collaborant avec les idéologies les plus rétrogrades, pour tenter de sauvegarder les deux ou trois municipalités qu’ils font semblant de contrôler encore.      

Dans ce bourbier les milliardaires qui gouvernent la France et la haute administration qui les représente, ont littéralement fabriqué un candidat à l’élection présidentielle, candidat élu qu’ils assistent par une désinformation permanente depuis, grâce aux médias qu’ils contrôlent tous sans exception, parce qu’il n’y avait pas d’autres choix possibles.

Cela ne sera pas suffisant pour sauver le système, ce qui ne serait pas grave, si les premières victimes de l’effondrement qui vient, ne devaient pas être les plus faibles. Il y a pourtant une certaine logique dans les décisions imposées par le petit Bonaparte. Il y aussi une habilité qui confine au génie pour faire passer des décisions qui sont celle de la haute administration, qui étaient depuis longtemps dans les cartons, depuis bien plus longtemps que la dernière présidentielle. Ecoute un peu.

La fin de l’ISF, et son remplacement par un impôt immobilier

C’est la mise à mort d’une bourgeoisie française traditionnelle dont l’essentiel de la fortune est immobilière.  Les amis banquiers du petit Bonaparte n’ont que faire de ces rentiers immobiliers, que l’on va passer au hachoir de la mondialisation, avec le reste de la classe moyenne.

La hausse de la CSG, et la fin des systèmes de retraites spécifiques

C’est le début de la fin d’un système dans le collimateur des puissants depuis longtemps. Les copains assureurs attendent avec gourmandise, non pas que les régimes spécifiques disparaissent, une peccadille, mais bien que le projet dans les cartons depuis longtemps se concrétise, à savoir que le régime unique par répartition n’assure que le minimum social, et les régimes privés par capitalisation assurent l’essentiel des retraites, de ceux qui auront pu les payer, dommage pour les autres.

La fin de la taxe d’habitation.

C’est la prise de conscience que la décentralisation a échoué, qu’elle n’a fait que développer des féodalités véreuses, la corruption généralisée, et le clientélisme le plus sordide.  

La mise à mort du baccalauréat et le retour de la sélection dans les universités.

Inclinons-nous devant l’habileté et la puissance des mandarins des universités françaises, assez puissants pour imposer un constat : le système éducatif français tourne de plus en plus à la sinistre mascarade, ce qui explique son grand plongeon dans les classements internationaux. Des milliards sont dépensés en pure perte, dans un système où tout le monde ment sur tout pour tenter de dissimuler l’écroulement du niveau. Comment pourrait-il en être autrement, quand on a assigné au système des objectifs comme celui de maintenir à tout prix la racaille à l’intérieur des établissements scolaires, pour avoir à éviter de la gérer à l’extérieur ?

 

La mise à mort du code du travail, du service public, et probablement du statut de fonctionnaires et apparentés.

C’est la liquidation de ce qu’il reste du programme du Conseil National de la Résistance, grand compromis social d’après-guerre entre la bourgeoisie, le PCF, et nos amis de la truelle et des pyramides. C’était une solution élégante de régulation sociale et économique, que la cupidité et la bêtise d’un petit nombre a condamnée. Accordons cependant à certains des meurtriers de ce compromis, farouches partisans d’une mondialisation acharnée, le crédit de la sincérité des convictions. C’est ici que nous posons le mur de Berlin entre eux et nous. Eux, ils sont convaincus que le matérialisme triomphant, le darwinisme social, la fin des nations, bref un mélange de libéralisme et de positivisme sans retenus, va mener le monde vers un avenir radieux. Nous pensons exactement le contraire : le stade suprême du capitalisme, c’est la barbarie assurée, avec sa marchandisation de l’humanité, jusqu’à l’utérus des femmes, car ce matérialisme financier méconnaît et outrage des lois naturelles ancestrales.

 

L’écrire c’est déjà résisté, résister, c’est ne pas être complice de ce qui va venir.   



Toyota

toyota yaris

Tiens, Toyota va investir 400 millions d’Euros en France, et confirme que l’on peut y fabriquer des véhicules d’entrée de gamme. Alors le problème dans ce pays, c’est le coût du travail et les ouvriers, ou les nazes qui les dirigent ?



A suivre très bientôt : « Quand Macron va échouer » et « La fin de la gauche »

 

 

 

 

ConseilTataNath-Albane7On y est presque, promis on peaufine et on publie. 



Je pense que la crise économique, morale, et politique, est finie en France…

Je suis un ane-110

 

En Mai, joli mois de Mai 2018,

rendez vous.



Le déficit commercial on s’en fout.

ob_8228fb_bras-d-honneur

Même si il s’aggrave, même si il traduit l’effondrement de l’industrie française, pour ne pas dire de l’économie française, il n’a plus aucune importance, et c’est un des rares avantages d’appartenir à la zone Euro. N’ayant plus de monnaie nationale, le déficit commercial n’a plus aucun impact en matière d’évolution de prix, il n’oblige plus à des politiques de rigueur pour contenir un consécutif effondrement financier, il n’est pas plus important que celui du département lambda avec le reste de l’hexagone. Il est juste un peu gênant en matière de chômage, parce que évidemment ce que l’on achète à l’étranger n’est pas produit en France, mais rien ne t’empêche de te faire passer pour un réfugié politique dans un pays d’accueil, en expliquant qu’il n’y plus aucun média français qui échappe au contrôle d’un groupe financier, et que tu as du mal à faire entendre qu’avec la hausse de la CSG, des contraventions, et de tout le reste, tu t’es fait encore couillonné aux dernières élections. Bref, comme déjà deux millions de français, tu peux te mettre en marche en te cassant pour ailleurs, avant que ça tourne vraiment mal.   



Le réchauffement climatique s’aggrave.

chute de neigeLa preuve. Voir nos articles précédents sur la question.



12

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | On S'Bouge
| appleshoes
| CGT Association Rénovation