Le petit Bonaparte en Afrique.

tintin au congo

 Le président du Burkina Faso quitte la salle pendant l’intervention de Macron.

Vous me parlez comme si [la France] était encore une puissance coloniale. Mais moi je ne veux pas m’occuper de l’électricité dans les universités au Burkina Faso. C’est le travail du président [burkinabé] ! », lance Emmanuel Macron devant une foule électrique, applaudissant à tout rompre. Interpellé, le président burkinabé décide alors de quitter la salle. Sous l’air hilare du président de la République, qui décide de réagir sous l’angle de l’humour.. Et de s’exclamer, alors que l’agitation de l’assistance, partagée entre rires, applaudissement et sifflet, était palpable : «C’est le travail du président [du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré]. L’intéressé quittant subitement la salle, Emmanuel Macron lui lance encore, le tutoyant : «Du coup, il s’en va…Reste là ! Du coup, il est parti réparer la climatisation…»

C’est cela la réalité profonde de ceux qui organisent les déplacements de populations pour casser les salaires. Derrière les discours mondialistes et moralisateurs, se cache un mépris profond de la nature humaine, (les gens qui ne sont rien), et un racisme, dont ceux qui prétendent nous gouverner, ne sont même plus conscients.  Ces gens là sont la crise, font la crise, et en vivent. 



Un président de la cinquième récompensé pour son humour politique.

hollande clownAprès les queutards fous, le toxico, voilà le clown : mais comment voulez vous que ce pays se sorte de la crise avec des dirigeants pareils ?



Plan sidérurgie dans les banques.

 

Et vlan, on commence par la Société Générale : -

3500 postes supprimés commerce-ferme-470x218de 2016 à 2020. On vous avait un peu prévenu. Et le pire reste à venir. 



GLYPHOSATE.

daumierSelon les informations d’un journal du soir, l’agence européenne a jugé que l’herbicide GLYPHOSATE, n’était ni toxique, ni cancérigène, en recopiant des données fournies par MONSANTO. Non !!! sans blague ? L’Eurocratie serait-elle corrompue à l’insu de son plein gré ? On n’y croit pas. (presque pas). D’ailleurs il n’y a aucune valise de billets voyageuse dans les restaurants de Bruxelles. Cela se saurait. Et au fait : qu’en pense Rhône-Poulenc, il démissionne de son ministère ? Même pas, marchons alors.   (NB : achète des actions EDF, le nucléaire c’est l’avenir).



Ambiance de merde : le chômage en France

Le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi en catégorie A, et à ce titre n’ayant exercé aucune activité, est reparti en  hausse (+ 8 000 personnes) en octobre, pour s’établir à 3,48 millions de personnes en métropole, a annoncé vendredi le ministère du Travail. Et le nombre de demandeurs d’emploi, si l’on inclut ceux ayant exercé une activité réduite au cours du mois,est à 5,62 millions. En même temps, une grosse part de la croissance française en 2017 est liée… A la reconstitution des stocks, comme moteur de la croissance il y a mieux. Enfumage, quand tu nous tiens…

gattazMedef



Comme une ambiance de merde : l’Allemagne

Difficile la formation d’un gouvernement allemand, est-ce étonnant ? Après le pillage de la RDA, présenté comme la bonne action du siècle, alors qu’il s’agissait d’une OPA en bonne et due forme. Après avoir profité du succès économique du modèle rhénan transformé par la sociale traîtrise en retour à l’age de pierre social, après avoir multiplié le nombre des travailleurs pauvres, (3,5 millions en 2017, soit un triplement en dix ans), et prétendument avoir connu des succès en matière de lutte contre le chômage, (2,5 millions quand même, toujours en 2017, un plus bas historique il parait), après avoir organisé l’importation massive de nouveaux esclaves pour casser davantage les salaires, et faire les choux gras des négriers, de l’AFD, et des apprentis terroristes, le modèle allemand qui gagne, a toutes les chances de devenir celui qui va plonger dans la crise, comme seuls les allemands savent faire. Car rouler sur un pont allemand fait tellement peur, que l’on se demande parfois si l’on va réussir à atteindre l’autre rive, et les routes sont tellement défoncées que l’on dirait que les chars de Poutine ont oublié de s’arrêter en Ukraine. La Deutsche bank reste une banque potentiellement systémique, et la géniale idée d’avoir arrêté les centrales nucléaires fait le succès du charbon et de la pollution. Quant à la jeunesse allemande, elle a l’air encore plus paumée que la française.

La crise, c’est celle du libéralisme en crise, et elle n’est pas finie.

Comme une ambiance de merde, on vous dit.  



Comme une ambiance de merde.

Les prédictions sont auto-réalisatrices en économie. Et justement il y a comme un truc qui pue, qui cloche, qui ne tourne pas rond dans la pseudo reprise. Enfin ce que l’on en dit…

Ha, au fait, encore un fleuron français au tapis et au tribunal de commerce, une entreprise qui fabriquait des aciers spéciaux. Mais bon, une de plus, trois de moins, on s’habitue 



Ainsi meurent les locomotives.

locomotivesOn dirait le Dunkerque du service public, de l’industrie française ferroviaire bradée à Siemens, de la France en fait.



La crise est finie : ça n’a pas l’air évident en novembre 2017…

Petites angoisses en bourse depuis quelques jours avec la perspective angoissante que Mario calme ses ardeurs de faux monnayeur fou furieux, sa politique démentielle étant le seul soutien de la pseudo reprise . La cotation d’Altice s’écroule, car elle est le symbole même d’une croissance externe sans cohérence, organisée par un mégalomane qui a développé un endettement monstrueux, avec l’argent gratuit de Mario. C’est aussi un de ces milliardaires qui a fabriqué la victoire du petit Bonaparte qui servait ses intérêts, ceux d’une politique qu’il doit certainement considérer comme de la grande stratégie de grand stratège capitaliste.  Mais ce n’est pas une politique économique de riches, c’est une politique économique de dingues. C’est pourquoi la situation de l’emploi n’est pas prête de s’améliorer, et d’ailleurs ils n’arrivent pas à couvrir le bruit des multiples plans sociaux, en attendant le carnage à venir dans les effectifs des banques. Comble de malchance, de l’autre coté de l’atlantique, il y a peu de chances pour que la réforme fiscale de Trump voit un début de commencement. Bref, si la crise est finie, on ferme, promis. Mais c’est peu probable…



11 Novembre 1918 : ça suffit.

victoire de 14-18

C’est le même esprit de défaitisme devant la crise économique que l’on tente d’insuffler au peuple français, que dans la célébration de l’armistice de 1918, depuis quelques années.

Certes, la majorité de l’élite française s’est faite massacrée sur les champs de bataille, plutôt que de rester planquée à l’arrière, et cela au nom de l’égalitarisme républicain. Certes, après le suicide démographique des guerres du premier empire, le suicide démographique de la grande guerre, a empêché la France de 2017 d’être un pays de 160 millions d’habitants. Certes, il aurait peut-être mieux valu écouter davantage Jaurès.

Mais ils sont partis la fleur au fusil, et à Verdun ils ont tenu leurs trous seuls et contre tous. Ils l’ont fait parce qu’ils défendaient le droit de chasse, le droit de propriété, le droit à la liberté, acquis avec la révolution. Alors, les héros méritent mieux que les hommages aux déserteurs, au défaitisme, au pacifisme, ce dernier ayant conduit à l’aveuglement, et à la veulerie de la seconde guerre mondiale. Cela d’autant plus, qu’en face, jusqu’au 11 novembre 1918 ils furent tout aussi admirables de courage et d’abnégation.

Ce n’est pas un hommage à la guerre que de s’incliner devant les héros, c’est un hommage à ce que fut le peuple français constitué d’ouvriers et de paysans, se battant pour la liberté, la leur, la nôtre.



12

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | On S'Bouge
| appleshoes
| CGT Association Rénovation