Le chômage augmente de nouveau fortement.

Une fois passé l’effet des stages de formation et autres traficotages des chiffres du chômage la réalité ressurgit : ce qu’il reste d’industries en France est en train de sombrer et le reste de l’économie connait des difficultés croissante. Non, la crise n’est pas finie, surtout si on continue avec la même politique.



Ouvriers et paysans

Trahis depuis 1981 pour les uns, abandonnés dans la désertification rurale pour les autres, victimes de l’insécurité sociale, de l’insécurité tout court, inquiets pour leur patrimoine, leurs enfants, notre pays, est-il vraiment décent aujourd’hui de montrer autant de mépris pour ceux qui nous font vivre ? Leur colère n’est-elle pas légitime ? Même Louis XVI est resté au milieu de son peuple, l’élite mondialisée comprend t-elle que sa morgue attise la colère ? 



Nos nouveaux maîtres de la mondialisation.

Ils sont la crise, ils font la crise, ils vivent de la crise. Apprendre à les connaître, c’est apprendre à leur résister et à dépasser la crise économique, et à préparer l’avenir. Nous allons étudier la question. 



Concentration du capital.

L’élection présidentielle française le démontre : rien n’arrêtera plus le mouvement historique de concentration du capital mondialisé. Le lancement réussi par les milieux financiers de leur candidat, conduit à ranger dans la catégorie « souvenir » des vieilleries comme le code du travail, le salariat, le programme du conseil national de la résistance, et la notion de nation française qui ne servira plus qu’à mobiliser des supporters dans des compétitions sportives.

Ce qu’il appelle la mondialisation va s’accentuer, avec ses déplacements incontrôlés de capital et de travail, en fonction des besoins des F.M.N. Aucune force n’est en mesure de s’y opposer, le contrôle des populations conduisant à ce que les veaux plébiscitent, sous l’influence de la propagande, leurs futurs maîtres qui vont conduire à la schlague le troupeau.

Nous reconnaissons bien volontiers que nous avons échoué à sauver le soldat France, et que le projet de reconstruire une nation comme une communauté d’intérêts s’opposant au capitalisme apatride, est forclos.

Ce capitalisme là est irrésistible. Il constitue un stade ultime de son développement. Mais le stade ultime du capitalisme, c’est la barbarie. C’est pourquoi il convient d’attendre tranquillement dans un fauteuil le dénouement qui ne saurait être autre que dramatique, sous le poids des contradictions qui se traduiront immanquablement par une crise systémique, des guerres ethniques, des catastrophes écologiques.

Soyons les fous du Roi, et moquons cette civilisation matérialiste qui pense que le marché va remplacer l’histoire, et la matière, l’esprit. Buvons et dansons dans la salle de bal du Titanic jusqu’à ce que le paquebot tragique sombre sur l’iceberg de ses contradictions. Mais réfléchissons à l’après, quand il conviendra encore une fois de reconstruire une cité idéale, le lendemain du cataclysme, dont on jurera  une nouvelle fois que ce sera le dernier, comme après chaque drame humain.



24 Avril 2017 : les banques ravies de voir leur candidat en tête de l’élection présidentielle.

Comme on vous l’avait annoncé, en bourse c’est du délire : le 24 Avril 2017 à 10h20 le CAC prend 3,90% avec + 9,60% pour Société Générale, + 8,45% pour Crédit Agricole, + 7,98% pour BNP…

Profitez en bien, en attendant les inéluctables problèmes qui vont revenir en force. (ça va en Grèce et en Italie ? Non ? Etonnant.)



Demain 24 Avril 2017 pète tes objectifs en bourse.

Achète n’importe quoi, orgasme garanti.



Résultat des élections présidentielles françaises



Élections françaises 2017: le sondage qui tue.

 

Et là vous pensez : « Ils vont nous sortir un sondage non divulgué, qui fait trembler les détenteurs de contrats en assurance vie en Euros ».

Et bien, pas du tout, même si effectivement circulent des informations étonnantes sur les intentions de vote des Français pour la Présidentielle, et qui pourraient ridiculiser de nouveau les instituts de sondage, celui qui nous intéresse n’est pas forcément le plus médiatique : à la question « pensez vous qu’après les élections françaises de 2017, tout va continuer comme avant ? » 70 % des sondés ont répondu en Avril 2017«non ». On ne révélera pas la source. Mais à titre de comparaison, la même enquête donnait exactement la proportion inverse en 1996. 68% des sondés répondaient à la même question « oui ».

C’est dire comme les Français, malgré le matraquage médiatique, ont intégré la crise économique, morale et politique, qui touche ce pays et dont nous annonçons et décrivons l’évolution depuis des années.    

 



Le FREXIT serait une catastrophe, si on vous le dit.

Regarde la Grande-Bretagne depuis qu’elle a dit merde à l’Eurocratie : 30% de la population active au chômage, un PIB qui a baissé de 25% depuis 2008, plus d’industrie, une dette dont les échéances ne sont payées que grâce au retour à l’age de pierre social et au bradage des infrastructures aux vautours de la finance, des citoyens qui vont jusqu’à couper des arbres dans les jardins publics pour  pouvoir se chauffer.

Zut, ça c’est la Grèce depuis qu’elle est dans la zone Euro.

En Grande-Bretagne, par contre, TENEO, géant international du conseil, vient de créer un département « Brexit ». Les clients sont, par exemple, Coca-Cola, Nissan, Tesco. La raison ? Ces entreprises voient le BREXIT comme une opportunité pour faire avancer leur stratégie de développement, bloquée depuis des années par l’usine à gaz des contraintes des règles européennes, contraintes par ailleurs très lucratives pour ceux qui bénéficient des valises de billets de banque dans les restaurants de Bruxelles, quand les lobbyistes tentent de limiter la casse.

Attention, on n’a pas dit que le système était mafieux, et que l’un des objectifs de l’usine à gaz réglementaire, c’est d’alimenter la corruption, on ne se permettrait pas de dire cela, on a trop de respect pour le personnel politique, surtout européen.

Bref, la Grande-Bretagne ce pays d’avenir, mais on remarque aussi, que c’est une démocratie, pas une fabrique à Flamby.

D’ailleurs le clone de ce dernier, qui a été l’artisan de sa politique, avant d’être son ministre, et qui prend les Français pour des cons en se présentant comme l’homme nouveau anti-système, alors qu’il est le pur produit du système français dans ce qu’il a de pire, espère bien sauver la France du FREXIT. Il est vrai que la politique de régression sociale, de bradage des intérêts français, est la seule qui fera avancer ce pays de merde qui n’a jamais eu de culture propre, et qui a commis des crimes contre l’humanité, selon les interventions tenues depuis l’étranger par le candidat anti-système.

Oui, vraiment, le FREXIT serait le pire des choix, à l’exception de tous les autres.  



Le match Mélenchon-Le Pen

C’est la preuve que tout continue d’aller bien, que les Français sont de plus en plus favorables à l’Europe. Comment pourrait-il en être autrement avec une économie qui va mieux, puisqu’on vous le dit. La production industrielle française qui n’a toujours pas retrouvé son niveau de 2007 ? Si on osait, on dirait que c’est un détail… Bref l’histoire avance, et il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.     



12

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | On S'Bouge
| appleshoes
| CGT Association Rénovation