TRUMP contre SOROS.

Qui va gagner ? Bien malin celui qui trouvera la réponse. Il y a deux ans, tout le monde aurait donné gagnante la bourgeoisie mondialisée. Aujourd’hui l’accentuation de la crise provoque des contradictions entre les deux bourgeoisies, celle dont les intérêts sont d’abord nationaux, et celle dont les intérêts sont apatrides. En effet pour surmonter la crise, il faudrait soit achever de détruire les intérêts nationaux pour permettre un nouveau stade d’accumulation du capital, et que le monde soit « enfin » gouverné en totalité par les F.M.N, et par le capitalisme apatride, soit se recentrer sur une logique nationale. Ce qui vient en 2017 renforcer le camp des nationaux, c’est que la classe moyenne est la prochaine victime désignée de la mondialisation. Rien n’est donc écrit d’avance, car le grand compromis social des trente glorieuses agrégeait la petite bourgeoisie à ce modèle de société de l’après guerre. Mais pas n’importe quelle petite bourgeoisie, celle que l’on qualifiera de petite bourgeoisie de souche. On comprend donc mieux ainsi le positionnement des électeurs de Trump, et de ceux que la pensée unique appelle « les populistes ».

En France on connait le candidat de Soros, évidemment c’est Macron, l’éternel arriviste, que les banques fabriquent régulièrement, et dont les exemples abondent aux élections présidentielles de la cinquième République. Ils sont en général présentés comme les candidats de la modernité, qui veulent « réformer ». Bien sûr, ils ne sont ni de droite, ni de gauche, pour ne faire de peine à personne, ils sont soit disant centristes. Seul problème pour ces candidats de la modernité, c’est à dire de la finance, nous sommes en France : il faut toujours un parti politique pour avoir des militants, afin de surveiller les urnes aux prochaines élections. Et il ne suffira pas d’acheter le ralliement de politiciens professionnels pour que cela soit possible. Pour empêcher le bourrage des urnes il faut des plantons dans chaque bureau de vote, et c’est peu probable que tous les ralliés qui attendent leur récompense, se coltinent le sale boulot. Par ailleurs le candidat français de la mondialisation ne fait pas rêver tout le monde, et il faut sortir de Paris pour comprendre dans quel état la mondialisation laisse les provinces françaises.

Cependant la probabilité la plus forte, c’est qu’un nouveau monde d’esclaves risque de naître : celui des peuples passés sous le contrôle des forces de la mondialisation. C’est la logique de l’évolution du libéralisme. Tout est fait pour ringardiser l’idée de nation, par des forces passées maître dans l’art de la propagande et de la désinformation, et qui veulent promouvoir UBER pour tous, et tous pour UBER, la pilule devant mieux passer avec le nouvelle escroquerie intellectuelle du moment : l’aumône universelle à 500€ par mois . 

Un autre choix était possible, celui d’un contrat social, mettant l’économie au service de l’homme, et non l’inverse. Des hommes libres, vivant de leur travail, dans des entités politiques respectant des choix démocratiques.

Mais une fois encore, c’est la cupidité qui risque d’être sacrée reine de l’univers.       



Laisser un commentaire

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | actuetbuzz
| appleshoes
| CGT Association Rénovation