Euro : le match truqué avec l’Allemagne.

Pur produit de la sociale traîtrise, l’Allemagne de l’économie de l’offre est souvent présentée comme une superbe réforme du modèle rhénan. Elle serait le modèle à suivre selon les rois du 49-3, ministres français et autres Rocard, que les hypocrites pleurent, mais pas nous.

Ils devraient faire un peu de tourisme, tous ces beaux messieurs, et aller voir à quoi ressemble l’Allemagne d’aujourd’hui. Avec une ancienne RDA vidée de son sang, ou la main d’œuvre qualifiée a migré à l’Ouest et a permis de faire baisser les salaires de tous les Allemands. Une ancienne RDA prête à renouer avec Adolphe, car elle voit avec angoisse le nombre des travailleurs déplacés et des réfugiés exploser, dont la fonction principale consistera à rendre caduque l’instauration en Janvier 2015 d’un salaire minimum de 8,50€ de l’heure, et à être encore moins cher que les Allemands de l’Est. Une Allemagne où les infrastructures commencent à s’écrouler par manque d’entretien et de renouvellement, conséquence des excédents budgétaires déflationnistes et des privatisations. Une Allemagne qui finalement court droit à sa perte dans un match truqué. Car l’Allemagne a transformé son économie en machine à exporter. Belle réussite en apparence puisque son excédent commercial en 2015 serait de 250 milliards d’Euros. Réussite rendue possible par le dumping social et par l’utilisation en Europe d’une monnaie allemande que l’on appelle l’Euro. En effet l’Allemagne exporte beaucoup en Europe. Et avec la monnaie unique le match est truqué d’avance. Les excédents commerciaux ne se traduisent pas par une envolée d’une monnaie nationale allemande et un écroulement des autres monnaies européennes qui permettraient de rétablir les équilibres commerciaux, puisqu’il n’y a plus qu’une seule monnaie pour tout le monde, l’Euro. Dans ces conditions seule la course au dumping social permet d’organiser des dévaluations compétitives. Et c’est pourquoi, avec la loi grosse connerie, les français verront leurs heures supplémentaires être majorées de 10% et non plus de 25%. Travailler plus pour gagner moins, une belle réforme sociale en vérité.

Or ce modèle de l’économie de l’offre ne fonctionne pas et nous conduit droit au penalty. Outre qu’il conduit l’Europe depuis des années à une dramatique crise de surproduction, il porte en lui même des contradictions qui vont conduire à l’effondrement de la zone Euro. Il suffit de constater que l’abondante épargne allemande ne s’investit même plus en zone Euro, car les banques allemandes n’ont plus confiance en personne, ni dans les banques du sud de l’Europe, ni même en elles, pour comprendre que le drame est proche.  



Laisser un commentaire

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | actuetbuzz
| appleshoes
| CGT Association Rénovation