Le Brexit, ce prétexte.

 

Le rafiot de l’économie mondiale a maintenant peur de la moindre vaguelette, et c’est ainsi que le Brexit déclenche des paniques. La dernière en date concerne des fonds immobiliers britanniques, la chute prévisible du prix des logements et des bureaux à Londres provoquant des retraits massifs des épargnants de ces fonds. Si la situation était saine, les spéculateurs ne trembleraient pas comme des feuilles à la moindre rumeur. Mais elle ne l’est pas, car les banques centrales ont alimenté une spéculation démentielle, sur tout et n’importe quoi, avec des déversements démentiels de liquidités, au point qu’il faut maintenant payer pour prêter à 50 ans à l’état Suisse. C’est la démonstration parfaite que les spéculateurs cherchent désespérément des endroits sûrs pour abriter leurs petites noisettes. Car ils savent que les dettes ont explosé depuis 2008, pour les États, les entreprises, les particuliers. Et la crise de surproduction et la déflation règnent en maîtres. Rien n’est résolu, il y a des cadavres dans tous les placards, des subprimes dans tous les secteurs de la spéculation.

L’idéologie de l’École de Chicago est responsable de la catastrophe qui vient. Elle sera pire que la crise de 1929. Dans leur délire idéologique ils avaient nié cette crise, en attribuant la responsabilité à la gestion du crac boursier par les autorités américaines. Ils ne reconnaîtront pas davantage la responsabilité immense des économistes de l’offre dans la crise actuelle. Pourtant c’est toujours le phantasme du marché pur et parfait, qui parviendrait à se réguler tout seul, qui provoque toujours la même catastrophe. Ces gens là sont-ils des crétins ? Certainement pas, comme tous les gourous, c’est surtout leur soif immense d’argent et de pouvoir, qui les conduit à préconiser un système qui se résume à privatiser les profits et à socialiser les pertes. Les crétins sont ceux qui croient vraiment à ces préceptes erronés distillés sous la couverture faussement scientifique des mathématiques, les vrais scientifiques sachant bien d’ailleurs qu’il s’agit d’un baratin indigeste enseigné dans les universités d’économie.

Soyez plus malin qu’eux, enrichissez vous de leurs paniques, en attendant un monde meilleur.  



Laisser un commentaire

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | actuetbuzz
| appleshoes
| CGT Association Rénovation