BREXIT : marche arrière toute ?

Boris se dégonfle, il ne sera pas le premier ministre ultra libéral du BREXIT.

 

Plusieurs hypothèses sont possibles :

  • ils sont venus chez lui avec des valises de billets, (en Euros car la Livre se casse trop la gueule).
  • ils sont venus chez lui avec des kalachnikov, en lui disant que la presse aux ordres raconterait qu’il s’agissait d’une attaque terroriste.
  • Ils ont fait les deux, en lui disant que si il ne prenait pas les valises de billets, c’était le cimetière.
  • Boris a réalisé que la majorité de ceux qui avaient voté pour le Brexit étaient de gauche, et ça c’est comme les cuisses de grenouilles, pour Boris c’est insupportable.

     

     

Bref, quelque soit l’explication, ça va finir par se voir que l’eurocratie s’assoit sur les référendums.

 

En Grèce ils en ont fait un pour avoir une politique de gauche et résister à l’eurocratie, résultat le pays est devenu un protectorat qui n’a jamais eu une politique économique autant à droite.

 

En Grande Bretagne ils ont voté pour sortir de l’Europe, mais ils vont y rester.

 

En France on avait voté contre la constitution européenne, mais finalement on y va quand même.

 

Au Danemark il avait voté contre l’Europe, on les a fait revoter pour.

 

Pour la Suisse ils ne disent rien contre les votations, car les Suisses pourraient vraiment lever le secret bancaire, et ça, ça serait vraiment très ennuyeux pour tous les corrompus.

 

Finalement on avait raison de ne pas croire au Brexit.

 

Ils vont nous parler du populisme, mais les fossoyeurs de la démocratie ce sont eux, les eurocrates, et quand le Reichstag va brûler une seconde fois, ils jureront qu’ils ne sont en rien responsables, pas davantage que de la crise économique majeure qu’ils nous préparent.



Les crétins posent des questions aux économistes reconnus.

En fait nous n’avons pas bien compris en quoi le Brexit constitue une catastrophe économique, surtout dans le cadre d’une pensée libérale. Quelqu’un peut-il nous expliquer ? Sortir des réglementations débiles de l’eurocratie, de la gestion stalinienne de l’agriculture européenne, se délier les mains pour être en mesure de signer des accords de libre échange avec la planète entière sans à avoir à demander l’autorisation à des gens que personne n’a élus, pouvoir pratiquer le dumping fiscal, monétaire et budgétaire, sont ce des handicaps ??? Il est interdit d’envisager que l’Angleterre devienne le Hong Kong du continent ? Allo les économistes reconnus qui n’ont pas vu venir la crise de 2008, et qui pensent qu’elle est finie ?



La Grande Bretagne : ce pays d’avenir.

On parie ? 



Une élite européenne en pleine déroute.

Le spectacle affligeant d’un déluge de propagande pour accompagner les futures tentatives de remise en cause d’une décision populaire, le Brexit, démontre un peu plus chaque jour qui passe, la faillite intellectuelle et morale de ceux qui nous conduisent vers une catastrophe historique. 

Dernières en date :

- le ministre des finances français créait en marche pour piquer le boulot de son patron, qui devient en marche pour payer son I.S.F, qu’il ne payait pas, lui a rappelé son administration, celle qui est censée être sous ses ordres. Va t-il démissionner ? Les yeux dans les yeux, non, il ne démissionnera pas, pas mieux que Cahuzac, la honte absolue, aucune dignité, aucun honneur. 

- les grands patrons français continuent de planter leurs entreprises : Gérard Mestralet le patron d’Engie a versé des millions à Publicis pour trouver le nouveau nom qui remplace celui de GDF, magnifique investissement, foutage de gueule de grande dimension. Dans le même temps il a rayé en deux ans 15% du bilan de l’entreprise, soit 22 milliards d’euros passés par les pertes et profits. Les yeux dans les yeux, va t-il être viré ? Pas plus que les autres qui se pavanent de parachutes dorés en rémunérations scandaleuses.

- la crise est-elle résolue ? Non elle s’aggrave, Espagne, Portugal, Italie vont suivrent le chemin de la Grèce. Le Portugal a toujours un déficit budgétaire à 4,4% du P.I.B et l’Espagne à 5,1% pour l’année 2015. L’eurocratie ferme les yeux, elle sait qu’il n’y a plus rien à faire.

- un, candidat à la candidature, Bruno le m… a trouvé le moyen de dire après le Brexit qu’il ne fallait pas organiser un référundum en France sur une sortie, car les français voteraient pour à 70%, franchement il a le droit de le penser, le dire fait un peu crétin.

Ils sont nazes, ils sont nuls, et si on a les dirigeants que l’on mérite, on ne mérite pas grand chose alors.

Comprendre la crise économique, c’est cela aussi : désigner les vrais coupables.  



Trois idées pour sauver l’Europe.

- Créer un smic européen.

- Créer une sécurité sociale européenne.

- Organiser un procès de Nuremberg de tous le corrompus de l’eurocratie .

ça va pas être possible ? Bon tant pis alors. 



Brexit : et si le pire était à venir ?

Que les populations excédées par la politique de l’eurocratie, balancent par dessus bord, non seulement le projet européen, mais aussi la démocratie. Par exemple en Grèce, en Autriche, au Portugal, en Hongrie, au Danemark, en Suède, aux Pays bas, en R.D.A, ça vire déjà au brun non ? Messieurs les eurocrates suffira t-il de prendre des mines méprisantes, en parlant des populistes, pour empêcher que la colère gronde? Changer de politique ? Non cela ne vous parait pas possible, bon, continuons alors à foncer droit dans le mur.  



Le chômage remonte.

Après deux mois d’inversion de la courbe du chômage, il remonte. Ils comptaient bien sur l’euro de football et le Brexit pour que cela ne se voit pas, mais c’est raté. Et c’est d’autant plus ennuyeux, que l’on avait sorti le grand jeu pour la présidentielle : emplois de pas d’avenir subventionnés par ceux qui ont encore un travail, formations bidons pour sortir les chômeurs des chiffres. Bref ça va mieux comme il disait. Enfin maintenant ils ont une explication toute trouvée pour expliquer la catastrophe qui vient et que nous annonçons depuis 2011 : c’est la faute à Boris.  



L’A.E.L.E : une idée d’avenir ?

Et si la Grande Bretagne ressuscitait L’Association Economique de Libre Echange, un simple accord économique de libre échange qui inclurait tous ceux qui vont quitter l’Eurocratie, et ceux qui n’en n’ont jamais voulu,  qui comme tout le monde sait sont au bord de l’effondrement économique, comme la Suisse ou la Norvège ? Et si en plus la Grande Bretagne se payait le luxe d’en signer un autre avec les Etats-Unis, dont l’Eurocratie ne veut pas vraiment,  ainsi qu’un autre encore avec l’Asie, en particulier la Chine  ? Et si pour achever le tout elle se mettait à pratiquer le dumping fiscal, relancer l’industrie nucléaire dont elle fut un précurseur, et le pétrole de schiste ? Le tout derrière des frontières, avec une démocratie, (Pensez vous qu’un premier ministre français démissionnerait après avoir perdu un référendum ?).  La monnaie anglaise connaîtra t-elle alors vraiment la chute qu’on lui annonce, la City perdrait-elle vraiment de sa superbe ? Avec la crise de la dette qui va revenir avec l’explosion des taux prévisible pour l’Italie, l’Espagne, et le Portugal ce n’est pas certain que se soient les Anglais qui soient dans la m…, davantage que la zone Euro.

Encore une fois c’est le Grande Bretagne qui arrêterait la colonisation du continent par nos camarades Allemands.

Boris tu es libéral, on est keynésien, tu n’aimes que les riches, et nous on  aime tout le monde, mais on te croit assez dingue pour surprendre sur ce coup là. Finalement, le bouffon ce n’est peut-être pas toi, ce sont peut-être les eurocrates. C’est décidé, je vends ma Porche, et j’achète une Jaguar, ça pourrait devenir tendance.



Brexit : la propagande se déchaîne.

Comme toujours, à chaque fois qu’un peuple a manifesté son désir de se libérer de l’eurocratie, la démocratie est bafouée. Ils parlent déjà, le lendemain du résultat du référendum d’en organiser un second, pour remettre la populace dans le droit chemin. Ils sont indécents, à vomir. Finalement, on avait pas complètement tort, le brexit  ils n’ont aucune intention de laisser faire… Pourtant, c’est l’avenir de la Grande Bretagne de se tourner vers l’Asie, et le continent américain, et de quitter l’Europe mafieuse, corrompue, et décadente. Pourtant c’est l’avenir de la Grande Bretagne de quitter la bureaucratie de l’eurocratie, de quitter son univers de normes et de règlements, dont l’objectif principal consiste avant tout dans l’enrichissement des copains. C’est l’avenir de la Grande Bretagne que de développer la production nucléaire, et celle du pétrole de schiste, de conserver une monnaie, un budget, un parlement et des frontières. 

 



Brexit : ok on s’est planté…

On assume, c’est aussi pour cela que vous nous lisez. Pas question de faire croire que l’on croyait à la possibilité d’un Brexit, alors que l’on a dit le contraire. On avait juste oublié que la Grande-Bretagne n’est pas une république bananière comme la France, mais une démocratie.

Mais sur le fond, on ne s’est pas tant planté que cela :

- Depuis le temps nous disons que l’eurocratie est condamnée, et que les peuples vont la passer par dessus bord…

- Que va t-il se passer véritablement ? Rien de très concret pour l’instant, car il va falloir négocier la sortie, et on peut faire confiance aux eurocrates pour la rendre très compliquée.

- Le crac boursier est-il justifié ? Cela se discute, et en tout cas il va y avoir du papier à ramasser… Battre les robots, on disait…

 

Et en plus, même si on a perdu des petites noisettes en spéculant sur le in, on est ravi de ce brexit, allez l’Angleterre et merci Boris.

  



12

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | On S'Bouge
| appleshoes
| CGT Association Rénovation