Paysans français, pourquoi vous êtes cocus.

Pendant des décennies ils ont acheté vos voix en consacrant plus de la moitié du budget européen à subventionner les prix et les productions, surtout celles des grosses exploitations, les petites ramassant les miettes. C’était alors une agriculture soviétique  au service de la libéralisation du reste de l’économie. Maintenant que le projet de l’eurocratie est achevé, que les gros bataillons électoraux des agriculteurs ont considérablement diminué, ils peuvent vous jeter comme des chiens. Et il faut dire que les emmerdements volent toujours en escadrille : sous le prétexte que le service public c’est ringard, vous êtes priés d’aller poster vos courriers dans le bureau de tabac, si il y en a un, d’accoucher chez vous, puisqu’il n’y a plus de maternité, d’envoyer vos enfants à l’école avec les cars Macron, et de bien surveiller vos affaires parce que la gendarmerie a fermé. Pour arranger le tout, avec la déflation qu’ils ont organisée avec leur débile politique de l’offre, les prix se cassent la figure. En assassinant les paysans français, c’est la France que l’on assassine, comme on a assassiné son industrie, sa souveraineté monétaire et budgétaire. Comme une mauvaise blague, se dressent dans les campagnes françaises, les monuments aux morts de 14-18. Ils sont morts pour rien, ou pour pas grand chose, un siècle après Verdun, parce que ce n’est même plus Waterloo que nous vivons actuellement, c’est Sedan.   



Laisser un commentaire

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | On S'Bouge
| appleshoes
| CGT Association Rénovation