Économistes keynésiens Canady dry : trop tard et trop peu.

Il ne suffira pas de publier une tribune dans un quotidien du soir pour redevenir crédible. En effet les questions les plus importantes sont soigneusement éludées par les auteurs de cette tribune.

En effet :

Une politique de relance suppose un projet politique. Elle suppose le soutien fort d’un Etat fort. Or, l’Etat français où la corruption, la cooptation et les privilèges de toutes les sortes se sont installés de façon endémique, n’a plus d’autre objectif que le carriérisme dénué de scrupule, et certainement pas une vision stratégique pour le pays, et encore moins la défense du bien public. Une politique de relance sans nettoyage des écuries d’Augias, ne conduira encore une fois qu’à l’enrichissement des copains et des coquins. il faudrait encore trouver un personnel politique préoccupé du bien public et de la nation pour parvenir à un résultat.

- Une politique de relance dans un contexte mondialisé, suppose que l’Etat oriente la consommation, à défaut L’Etat relancera la production chez nos partenaires. La planification redevient donc un passage obligé.

-Une politique de relance suppose un financement qui n’aggrave pas la situation actuelle d’endettement au détriment du contribuable et au profit des intérêts privés. A ce titre la loi du 4 janvier 1973 n’est pas adaptée.

 

Nous sommes  pratiquement les seuls à avoir écrit depuis 2011 que la crise allait s’aggraver et que la démocratie était en danger. Nous n’avons aucun doute sur le fait que des mesures d’exception seront prises au fur et à mesure de l’aggravation de la crise, reste à savoir pour quel objectif .



Laisser un commentaire

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | actuetbuzz
| appleshoes
| CGT Association Rénovation