Crise : une situation hors contrôle.

Des robots en panique qui vendent massivement et sans aucun recul sur les marchés boursiers. Des banques dont la situation est tellement pourrie, qu’il aura fallu quelques semaines pour passer de la débâcle des banques italiennes à de fortes inquiétudes sur les banques allemandes, en étant passé par de mauvaises nouvelles  sur les banques suisses. Le tout avec une nouvelle réglementation censée faire porter le poids du risque bancaire sur les actionnaires, puis quand cela n’est pas suffisant sur les clients. Les Etats étant censés ne plus intervenir en cas de panique bancaire. Lol, comment dire, l’heure de vérité approche. En effet cette situation les libéraux l’ont rêvé dans leurs livres issus de leurs délires idéologiques, camouflés sous de savantes équations censées donner un quitus scientifique à une pensée dangereuse, qui a déjà précipité le monde et la démocratie au bord du gouffre en 1929. Essaye encore, de 1987 à 2008, les alertes ont été nombreuses, les remèdes pires que le mal, car ils conduisaient inéluctablement à de nouvelles crises un peu plus violentes à chaque fois. En créant le Mad Max économique ils ont créé les germes du Mad Max tout court. Qui ne voit pas la gravité de la situation en Europe ? La seule explication possible serait que tous ces anciens gauchistes passés au caviar dans l’eurocratie, tous ces sociaux traitres qui se font élire sur un programme pour appliquer celui de l’adversaire qu’ils ont battu, tous ces crétins qui ânonnent les refrains sur les vertus du marché, ont rêvé, ou ont parié d’abattre la démocratie. Car si le système résiste une fois encore, ce sera pour  mieux sauter la prochaine fois, ou celle d’après.    



Laisser un commentaire

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | actuetbuzz
| appleshoes
| CGT Association Rénovation