Le chômage commence t-il à baisser en France ?

Bien sûr que non, en réalité c’est la montée en puissance des contrats aidés, de pas d’avenir (plus de 300000 prévus), qui dans la perspective de la présidentielle commence à produire leurs effets. Mais à termes toutes les études montrent où conduisent ces contrats quand ils se terminent : directement à pôle emploi. Par contre les chiffres publiés illustrent une sinistre réalité : le chômage de longue durée s’accroît encore, vrai révélateur d’une situation dramatique, qui une fois dépassé le tripatouillage des chiffres annonce un sinistre avenir. Celui d’un pays qui s’enfonce vers le drame.

 

 



Communiqué de la FED, la suite.

Comme prévu, rien, que dalle, nada, il n’y aura aucune hausse des taux. Le 27 octobre 2015 Jeannette confirme encore pour ceux qui n’avaient pas compris, qu’elle ne remontera pas ses taux. En décembre 2015, peut-être, ou en  2016, ou en 2028, ou à la saint Glin-Glin, et si vous avez une idée pour sortir de cette politique où la FED a mis le doigt, puis la main, puis le bras, écrivez lui, parce que elle, elle n’en a aucune. Franchement ils sont où les beaux discours sur les politiques économiques keynésiennes qui perturbaient les marchés ? Rendez nous la stagflation et l’économie réglementée ça sera toujours mieux que les crises financières à répétition qui finiront en crise systémique, le chômage de masse, l’indécente montée des inégalités, la croissance bidon des services parasitaires, de la spéculation, du n’importe quoi immobilier. Tout cela pour attendre le salut de la Chine communiste et de son treizième plan. Et en plus ils n’ont même pas honte  les tenants de l’économie de l’offre et du marché pur et parfait. Chaque jour qui passe, ils mangent leurs petites culottes théoriques, et à aucun moment ils n’envisagent    de quitter le navire, et c’est bien dommage pour l’économie mondiale.



La FED remonte les taux finalement

Mais non : c’est juste impossible 30000 milliards de Dollars de dettes aux Etats-Unis en dépendent. Toute hausse significative ferait sauter la banque, si on peut dire… C’est le marché qui va faire sauter le casino, le jour où les banquiers centraux auront perdu toute crédibilité, et ce jour là, ça fera très très mal. En attendant dans la salle de bal du Titanic tant que l’orchestre joue, dansons.

Jeannette ne peut que faire semblant de remonter les taux, et encore… 



Après la crise.

Notre position est aujourd’hui que nous n’échapperons plus au pire, du moins en Europe. Il faut maintenant réfléchir à l’après, c’est à dire l’avenir des générations futures européennes. En 2013 on écrivait ce qui suit dans l’article : « Keynes ne pas le laisser aux économistes bobos ». Bien entendu, depuis, tout le monde a entendu parler de Piketty et de Stiglitz. Cela ne change pas grand chose à notre critique des keynésiens bobos, plein de bons sentiments et qui refusent de poser les bonnes questions sur la nécessaire réindustrialisation, ou sur le monde ouvrier et paysan, ou encore sur les déplacements de population. Il manque à ces gens la une dimension colbertiste, leur adhésion à la vision malthusienne de l’économie durable les renvoyant dans le camp de la pensée unique, ainsi qu’une réflexion sur la nation qui ne peut pas disparaître, au risque qu’elle soit remplacée par un monde tribal, qui va produire un monde de génocide permanent.

Pour mémoire l’article de 2013 :   

On pourrait se poser la question de savoir pourquoi les économistes keynésiens n’ont pas encore réussi à se réimposer dans le débat concernant la crise économique. On invoquera la puissance médiatique  de la pensée unique. En réalité il existe une autre raison : la pensée de Keynes est une pensée moderne, progressiste,  que l’on assimile trop souvent avec la « goche ».  Or la « goche » aujourd’hui, au moins celle des Lipietz  et autre Gadrey, est profondément réactionnaire. Réactionnaire, dans le sens où elle tente de concilier les pensées castratrices de Malthus et du club de Rome, avec une pensée qui se voudrait néo-keynésienne. La société qu’ils veulent, serait une société où l’on pourrait jouir sans entrave, donc sans enfant, et s’il doit y avoir des enfants, ce serait plus confortable de laisser à d’autres le soin de les faire. De même on se contenterait bien d’une croissance économique zéro, pour ne pas abimer le musée. En réalité,  ce qu’ils souhaitent, c’est  que la place d’intellectuels « soixante-huit tarte » qu’ils se sont construite, ne soit pas gâchée par la classe ouvrière, que dans le fond ils exècrent. Car pour produire il faut des producteurs, donc des ouvriers, et là encore, ils préfèrent laisser les ouvriers comme les enfants chez les autres, et ils appellent cela la mondialisation.

Bref le néo keynésianisme se résumerait à un monde de bobos s’agitant dans le musée entouré d’artistes, et d’artisans spécialisés dans les isolations thermiques, à charge pour le reste du monde de faire des enfants, des ouvriers, et éventuellement des domestiques.

Cette pensée est symbolique de la décadence, et en particulier de la décadence française.

Nous on est keynésiens et colbertistes, on veut des usines qui puent, du gaz de schiste et du nucléaire. Désolé pour les malthusiens, il n’y a jamais eu autant d’habitants sur la terre, et qui se portent bien. La terre est à nous, nous en faisons ce que nous en voulons, c’est la croissance économique qui sauvera la planète, car de la croissance naissent le progrès technique et scientifique. Combien la France a-t-elle déposé de brevet l’an dernier  et à quel niveau est le chômage? On compare avec les Etats-Unis, le Japon ou la Corée ?



Les cars de Macron…

…C’est comme la politique de Macron : c’est dangereux.



Délire boursier et déflation généralisée.

Le capitalisme va t-il sombrer ? Que l’on en juge : l’annonce par Mario qu’il était prêt à accroître sans limite la création de fausse monnaie a provoqué une vague hystérique d ’achats sur le CAC 40, les 22 et 23 octobre 2015. Pourtant il n’y a pas de quoi se réjouir, car Mario annonce l’accentuation de la guerre monétaire avec les autres banques centrales, à celui qui fera le plus baisser sa monnaie, grâce à une politique délirante. Mais les robots qui dirigent le marché boursier s’en foutent : leurs algorithmes disent qu’il faut acheter quand le volume de fausse monnaie s’accroît, car la spéculation va repartir de plus belle. Pourtant la déflation se généralise, les prix des matières premières continuent de s’écrouler, les prix à la consommation ont baissé en septembre 2015 en zone Euro, et Angela peut s’inquiéter pour sa belle machine à exporter : les importations de la Chine se sont effondrées de 18% en un an. Quant aux pays émergents, ils n’émergent plus, ils sombrent littéralement et entraînent avec eux les F.M.N  comme Nestlé, qui annonce un recul de ses ventes de 2% sur les neuf premiers mois de l’année 2015. Les débiles politiques de l’offre en Europe commencent à faire mal aussi aux entreprises européennes : les six cents plus grosses capitalisations boursières, devraient annoncer un recul de leurs résultats de plus de 5%, et surtout, une baisse des chiffres d’affaires de pratiquement 10% pour le troisième trimestre.Et que l’on ne nous dise pas que la situation est meilleure aux États-Unis, où l’on ne sait pas d’où va venir la prochaine crise des subprimes : crédits automobiles, crédits étudiants, crédits à la consommation, faillite des collectivités locales…

On l’a dit, on le répète et on l’assume : il faut virer d’urgence les dingues qui nous envoient dans le mur. Il faut arrêter de faire des mathématiques dans les facs d’économie, pour y faire de l’économie, il faut empêcher de nuire les anciens gauchistes passés au caviar dans les institutions de l’eurocratie. Mais que fait donc la C.I.A ? Elle n’était pas censée protéger le monde libre des terroristes ? Car il y a plus dangereux encore que les guignols barbus psychopathes pour le monde développé, il y a les banquiers centraux, qui vont provoquer la ruine du capitalisme.  



Mario remet de la morphine…

En annonçant des conditions encore plus laxistes dans la création de fausse monnaie, la B.C.E fait bondir le CAC de plus de 2%, normal, les spéculateurs se réjouissent de trouver encore plus d’argent à si bon compte pour spéculer. Une question cependant : la crise n’était pas être censée finie ??? On nous aurait menti ? Incroyable.



Le bâtiment va toujours mal, normal.

Rien ne redémarre, et le nombre des primo-accédants ne cesse de diminuer, normal. C’est bien joli de « réformer », c’est à dire de revenir à l’age de pierre social : 90% des nouveaux  contrats de travail sont des C.D.D, le code du travail est l’ennemi à abattre, le chômage explose, chacun doit se considérer comme un privilégié et s’attendre à travailler plus, pour gagner moins, et surtout sans aucune perspective de carrière lisible et de revenu stable. Qui alors prendrait le risque de s’endetter massivement pour acheter son logement ? Encore une fois c’est la théorie de l’offre qui a tout faux, il ne suffira pas de sortir le gadget des incitations fiscales pour relancer la construction, car les agents anticipent, et actuellement ils anticipent le pire pour leur avenir économique, car on ne cesse d’annoncer que l’on va taper dans les salaires et les statuts, de ces salops de salariés, trop protégés. Encore une fois c’est la micro économie qui a tout faux, car ce qui peut-être bien pour une entreprise, la baisse des salaires, devient une catastrophe quand cela devient vrai pour toutes les entreprises, qui réduisent ainsi dramatiquement la demande potentielle. Et si on ajoute les réductions massives de dépenses pour les collectivités locales, c’est encore le B.T.P, qui doit s’attendre à souffrir. Tout cela sans parler des règlements de l’eurocratie qui permettent à des entreprises étrangères d’utiliser massivement des salariés sous législations sociales étrangères de misère en France, ce qui contribuent davantage à casser les prix, et les entreprises françaises.

Les banques aussi dégraissent en octobre 2015, et  vont continuer à accentuer le mouvement de la déflation, normal aussi, elles aussi anticipent un vent mauvais.

Patrons du monde entier, unissez vous, les politiques de Macron vous conduisent à la ruine, comme tout le monde l’avait compris après 1929.



La Chine communiste tousse…

…Et les chantres du libéralisme le plus débile qui soit, qui comptaient bien sur le drapeau rouge asiatique pour sauver leur croissance, sont en  panique. C’est dire comme les malsains qui nous gouvernent méritent les poubelles de l’histoire. C’est dire comme il est temps de passer à autre chose, de libérer les forces de la jeunesse et de la création. Une croissance économique à 5% en France c’est possible. Pour cela il faut replacer nos valeurs au centre de nos préoccupations : démocratie et humanisme feront notre réussite, ou leur absence notre ruine. A suivre.  



la déflation s’accélère dans le monde.

Vous ne nous avez pas cru, et vous ne vous croyez toujours pas?!  Alors tentez l’expérience : regardez l’évolution des principaux indices d’inflation dans le monde, par pays, et par produit. Après vous aurez le droit de demander le prix Nobel d’économie pour unblog comprendre la crise économique, parce que, franchement, qui a raison depuis 2011 ? 



12

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | On S'Bouge
| appleshoes
| CGT Association Rénovation