Sauvez nos petits sous durant la saison 2 des subrimes.

Premier principe. Sur le marché boursier : achetez au son du canon, car même en cas de crise systémique, une action représente une partie de société, des machines, des brevets, un emplacement. Il en restera toujours quelque chose. Ce quelque chose, c’est l’actif net. Si ce dernier est supérieur à la cotation en bourse, c’est un signal fort d’achat. Attention : l’actif net que vous trouverez dans les informations boursières est un chiffre construit à parti des évènements passés. Cela ne présume pas de l’avenir. Et, c’est bien la limite de la méthode. Cependant l’actif net est un chiffre assez rigide, il ne se modifie pas comme cela du jour au lendemain. C’est donc un bon indicateur. Reste qu’une fois en dessous il faut parier, jusqu’où la cotation va chuter pour acheter au mieux… Bon courage.



22 septembre 2015 : nouvelle torchée sur le CAC 40.

Il parait que c’est à cause des teutons qui trafiqueraient leurs voitures, pour qu’elles puent moins pendant les contrôles, alors qu’en réalité, le diesel ça pue, ça tache, et ça tue. Pour les torchées précédentes sur le CAC, c’était à cause de Jeannette, et pour celles d’encore avant, à cause de la Chine. C’est de la grande économie, de la belle analyse. En vérité quand cela montait, c’était uniquement grâce à l’argent des faux monnayeurs des banques centrales. Comme il fallait bien placer toute cette monnaie de singe quelque part, l’un des refuges c’était le marché boursier. Mais avec des chiffres d’affaires et des résultats en baisse, il ne fallait pas espérer de miracles : le marché se trouverait tous les prétextes pour baisser. C’est ce qu’il fait maintenant. Et si il baisse, c’est parce que la crise de surproduction mondiale et d’insolvabilité n’a jamais été aussi grave qu’en Septembre 2015, malgré la mauvaise soupe que la propagande officielle a délivrée pour faire croire le contraire.

 



La France, ce pays où tout le monde s’en fout.

Comprendre la crise économique sur ce blog, c’est surtout à  l’aide la macro-économie et de l’histoire. Mais parfois la sociologie de café peut-être utile à la compréhension. Ecoute celle la : je vends un bien immobilier. Tu fais appel à une agence immobilière dans ce cas là, rendez vous pris ce jour pour  9H00. A l’heure dite personne, pas de nouvelles. Contacté à 9h30, le téléphone du « professionnel » ne répond pas, je ne laisse pas de message. A 10h30 il rappelle : « vous avez cherché à me contacter ? » « Oui on avait juste RDV à 9H00″.  » « Ha flute, j’ai complétement zappé » (sic)!!!

Evidemment quand tu vends, tu déménages, et tu demandes des devis à des entreprise de  transport. En l’occurrence, à deux entreprises. Donc Le même jour rdv à 11 h avec une première entreprise. A l’heure dite, personne. A 11h30 un appel :

« Je suis en retard »

« J’ai vu »,

« Mais c’est pas grave, j’arrive »

« Si vous le dites ». Finalement il arrive à 11H40. Le représentant de la deuxième entreprise arrive à 11h45, soit 15 minutes avant l’heure convenue. Il juge utile de carillonner longuement à la porte. J’ouvre : regards tueurs entre les deux « professionnels » qui ne devaient pas se croiser.

Le premier s’en va, le second reste. Constatant que je ne lui demande pas de tout déménager, il me laisse comprendre qu’il fait aussi Emmaüs, mais pour sa gueule, qu’il profite du camion de son employeur « pour débarrasser » gracieusement des clients des vieilleries qu’ils ne veulent plus, qu’il fait un peu de brocante…

Bref , la France d’aujourd’hui : absence de professionnalisme, trafic en tout genre, et ça ressemble furieusement à celle de 1939, celle qui s’est débandée à Sedan, sur le seule base d’une rumeur qui indiquait que les Allemands arrivaient.

Pas d’inquiétude à avoir en 2015, car ils sont déjà là : nous avons une monnaie allemande, une politique économique allemande, et une diplomatie de collaboration.



Maires de France : l’austérité c’est pour les autres.

Ils pleurent : la baisse des dotations de l’Etat diminuent les recettes des collectivités locales. Dans les maires qui manifestent la plupart appartient à des partis qui votent au palais Bourbon l’austérité, et plébiscitent les politiques de l’offre. Parfois même ils sont les députés qui votent les politiques qui provoquent la diminution des dotations, et ils sont les maires qui contestent les conséquences de leur vote de député. Bref, l’austérité c’est bien, mais c’est pour les autres, et surtout pas pour moi. Et quand l’essentiel de leur préoccupation consiste en une inquiétude de ne plus pouvoir financer ceux qui les élisent parce qu’ils les arrosent de subventions, on se dit qu’en plus d’être des faux culs, ils sont les fourriers de la démocratie qu’ils ridiculisent de leur cynisme.



Moody’s dégrade à nouveau la note de la France.

De Aa1 à Aa2, tu m’étonnes… Et en plus Dimanche en Grèce, on vote, ce qui ne va pas arranger les affaires  de la planète financière. Sans parler des régionales en France, bientôt, nouveau tremblement de terre politique, dernier avertissement avant que « l’élite » française ne réalise enfin son décalage avec ses électeurs. Pas de soucis, ils sont tellement plein de morgue, qu’ils ne réaliseront pas. Dans ce contexte notre chronique « sauver nos petits sous » va reprendre de la vigueur. Il va bientôt être temps de regarder la bourse de plus près. Achetez au son du canon, qu’il disait…



Effondrement.

Effondrement des importations chinoises, car il n’y a plus besoin d’acheter des machines outils à l’Allemagne  puisque les exportations s’effondrent aussi sous le poids des restrictions consécutives aux politique de l’offre en Europe, tendances déflationnistes confirmées dans le monde, CAC 40 à 4500 points le 18 septembre 2015, et ainsi de suite… On continue la démonstration ou vous en savez assez en lisant les 882 articles qui précèdent ?    



La FED commence à faire peur aux marchés.

La FED ne monte pas ses taux, et, nouveauté, les marchés le prennent mal. C’est la revanche de l’économie réelle sur l’économie financière, c’est la revanche de la théorie économique sur la pensée magique des monétaristes. Non seulement la croissance démentielle des bilans des banques centrales n’a pas résolu la crise de surproduction, mais le piège s’est refermé. Dans le même temps les toxicomanes sont devenus insatiables de fausse monnaie, mais il y a accoutumance, et il faudrait maintenant des doses qui provoquerait une overdose pour les satisfaire. Les spéculateurs commencent à réaliser qu’ils ont juste été hypnotisés par la morphine, et que la situation est dramatique, car il n’y a plus aucune marge de manœuvre pour affronter la déflation qui va s’amplifier. La première mesure qui s’imposerait serait de virer les responsables de cette situation, et ce ne va pas être facile, car ils ne sont pas prêts à lâcher l’os qu’ils rongent. Et si on faisait appel au nouveau patron de canal + pour faire ce job ? Il a l’air d’être assez bon pour dégager ceux qui ne lui plaisent pas. Ha, vous dites que justement il n’a rien contre ceux qui dirigent la planète financière ? Bon tant pis alors.      



FED : finalement elle n’augmente pas du tout ses taux !!

On avait presque raison, à un détail prêt. La FED ne fera même pas semblant d’augmenter ses taux, elle continue à l’identique sa politique de faux monnayeur. Quel aveu d’échec ! Quelle maladresse ! Non seulement comme nous l’avions écrit dans l’article fondateur en 2011, cette politique ne mène à rien, mais elle conduit à la plus grande des crises de civilisation possible. Le piège s’est refermé : les joueurs de casino ne peuvent plus sortir de leur logique infernale, il faut continuer à fabriquer de la fausse monnaie, car sans cette morphine, le système s’écroulerait comme un château de carte. Mais toute cette monnaie de singe n’alimente que la spéculation et ne résout rien. Des fortunes vont se faire et se défaire, et dans dix ans le monde aura bien changé. 



FED : vers une hausse insignifiante ou nulle des taux.

Aller, on prend le risque, demain la FED va annoncer une hausse insignifiante on nulle des taux. Pourquoi ? Les Etats-Unis vont mieux grâce au pétrole de schiste et à la politique de relance. Cependant cette dernière est incomplète et produit des résultats mitigés. Mais il va bien falloir trouver des acheteurs pour les bons du trésor américains qui financent les déficits, et les Chinois, gros clients de ces produits financiers connaissent des difficultés. Il va donc falloir trouver d’autres acheteurs. Pour cela il faudra essorer l’épargne des pays émergents.Il faut donc l’attirer, c’est un argument en faveur d’un légère hausse. Par contre, si demain Jeannette indique que finalement elle se tâte encore, l’effet risque d’être délétère, car cela indiquera que la FED pense que la situation économique n’est pas bonne, et elle risque d’y laisser de la crédibilité. En effet cela serait reconnaitre que la politique de faux monnayeur n’a servi à rien, ce qui  jetterait d’autant plus le trouble, que c’est le cas. Mais comme par ailleurs, la Présidente de la FED ne sait pas comment sortir de cette politique de faux monnayeur qui alimente uniquement la spéculation, elle va faire semblant d’en sortir : genre, « on va augmenter bientôt, ou tout de suite, de 0,25 %, ou de moins. » Mais cela ne changera pas grand chose à la crise de surproduction qui est l’origine véritable de la crise de 2008, et à la crise financière qui s’annonce, façon Subprimes saison 2.



Syrisa : vers les poubelles de l’histoire ?

les élections de Dimanche en Grèce vont-elles réduire en cendres les calculs politiciens de Tsipras ? La question n’a qu’un intérêt marginal. L’histoire regorge de cas où les sociaux-traitres perdent les élections, car pour réaliser une politique économique libérale rien ne vaut un libéral, une fois que la sociale démocratie a fait passer les sales mesures, celles qui n’auraient jamais été acceptées avec un gouvernement de droite. 

La bonne question, celle qui est importante, est celle ci : la politique d’austérité va t-elle résoudre les problèmes de la Grèce ? La réponse est non, et de plus avec le trahison des politiciens, (Syrisa a quand même réussi l’exploit de voter la politique d’austérité après avoir organisé un référendum qui a rejeté l’austérité !), c’est la démocratie qui est en danger, car les électeurs grecs sont totalement désorientés, et peuvent se jeter dans n’importe quelle aventure. 



1234

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | actuetbuzz
| appleshoes
| CGT Association Rénovation