Emergents : effet deux.

Pour éviter l’écroulement total de leurs devises, suite à l’inéluctable remontée des taux, qui attire les capitaux vers les pays développés, il restait une solution : remonter massivement les taux d’intérêt dans les pays concernés. Résultat probable ? Effondrement de l’investissement et de la consommation dans ces pays. Et Angela commence à paniquer pour ses exportations de machines outils. Pourvu que la Chine tienne, parce que malgré la propagande, il ne semble pas que l’Espagne ou la Grèce vont prendre la relève.    



Banque de France.

Banque de France 1 Eurocratie 0. Le directeur de la banque de France, concernant le projet de réforme du secteur bancaire rendu public le 29 Janvier 2014, par le commissaire européen Michel Barnier, a parlé « d’idées, je pèse mes mots, irresponsables ». Franchement si l’eurocratie était irresponsable ça se saurait. Il suffit de voir dans quel bourbier elle enfonce l’Europe. Du coup le pauvre Barnier se dit « stupéfait ». Moralité : on n’est trahi que par les siens, nous buvons du petit lait de les voir ainsi en panique, et il est grand temps de changer de politique. 



Déflation : nouvelle confirmation.

0,9% en Novembre, 0,8% en Décembre, 0,7% en Janvier pour la zone Euro. On s’approche gentiment des zones négatives. Normal, quand on appuie sur la pédale de frein, il est rare que la voiture accélére. Les faits sont têtus. Un blog comprendre la crise économique : l’information libre, et en plus c’est gratuit.



Espagne, la reprise…

… Du chômage, +2,4% en Janvier 2014, tout va mieux donc. Il y a un moment en sciences sociales où il faut descendre des voitures à gyrophare pour être au contact du terrain,  pour éviter de se laisser intoxiquer par les mensonges des communicants. Enfin, pour les municipales et les européennes, ça pourrait servir pour comprendre ce qui va se produire…



Grande-Bretagne, l’autre modèle ?

Avec l’Allemagne, elle serait l’autre modèle à suivre. Pour les économistes libéraux sa croissance actuelle serait le témoin de la réussite du libéralisme. Nous on veut bien constater que sa croissance atteint le chiffre  fabuleux de 1,9% en 2013. Mais on remarquera d’abord que comme exemple de ce qu’il faudrait faire, il y a mieux, en termes de critères d’eurocrates. En effet le déficit budgétaire est 6,1% du P.I.B contre 4,1% en France en 2013, et surtout les Anglais livrent une guerre monétaire sans précédent, qui a conduit la Livre à perdre 20% depuis 2008, sans parler de la guerre fiscale avec un objectif d’IS à 20% en 2015. On peut légitimement se demander quelle est la nature véritable de cette politique économique.

Mais, c’est justement parce que à coté de ces mesures que nous revendiquons comme adaptées à la crise pour un pays souverain, il y a la reproduction des erreurs d’avant 2008, que nous sommes plus que circonspects sur ce qui serait le deuxième modèle pour la France.

Voilà un pays qui a joué la tertiarisation de son économie, et dont l’industrie représente moins de 10%du P.I.B. Résultat : le déficit commercial britannique avec  67 milliards d’Euro est le plus élevé de toute l’union européenne. Voilà un pays où les revenus réels ont baissé depuis six ans et où des milliers de fonctionnaires ont été licenciés. Seul un nouveau développement de l’endettement permet un semblant de maintient  de la consommation. Et surtout la croissance doit beaucoup à la démentielle spéculation immobilière. Bref, la Grande Bretagne ressemble à un curieux mélange des économies espagnole et américaine d’avant 2008.

Est-ce vraiment le modèle à suivre ?



12

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | On S'Bouge
| appleshoes
| CGT Association Rénovation