Euro : le 2 avril 2013, tout change.

 

La décision a été prise en concertation entre la commission européenne, la B.C.E  et  le F.M.I : plutôt que de laisser croire que plusieurs états européens vont pouvoir rembourser leurs dettes et de laisser pratiquer des politiques économiques qui assèchent les économies et provoquent la désespérance des peuples, les dettes vont être restructurées comme cela est fait régulièrement pour des pays en voie de développement, qui ne parviennent même plus à payer les intérêts de leurs dettes. Cela constitue à la fois un geste de solidarité conforme à l’humanisme du projet européen, et un choix économique rationnel pour permettre à la croissance de redémarrer dans ces pays en crise.

Partout les peuples descendent dans les rues des capitales en agitant des drapeaux européens, car l’espoir revient, le cauchemar de l’appauvrissement et de la désespérance s’éloigne.

Par ailleurs la commission européenne indique revenir sur trente années de libéralisme qui ont provoqué des déserts industriels dans des régions entières. C’est la fin de l’Europe tertiarisée et du n’importe quoi bancaire. De grands projets industriels sont à l’étude : autonomie énergétique, développement massif des technologies de l’information et de la communication, Europe des transports, Europe de l’armement, Europe de la ré industrialisation.

POISSON D’AVRIL !

Bon d’accord c’est moyennement drôle, mais c’est le weekend de Pâques, les cloches sont passées, et c’est surtout moins triste que ce qui nous attend, Chypre et la Grèce pour tout le monde.

Joyeuses Pâques.           



Jeudi noir finalement ?

Que dire encore ? Que le plan qui devait sauver Chypre connaîtra le même destin que les plans grecs, puisque 10 milliards ont déjà quitté Chypre, sans parler de ceux qui vont fuir encore ? Que pour le première fois depuis trente ans le pouvoir d’achat des français a baissé, et que ce n’est qu’un début ?

Que l’article, « Il faut sauver le soldat france », n’a pas pris une ride depuis deux ans ?

Jeudi 28 mars 2013,  sera jeudi de tous les dangers.

Témoigner, c’est déjà résister. 



rétropédalage

Finalement ce qui a été fait à Chypre ne serait plus valable pour les autres pays de la zone euro. Après avoir annoncé dans l’après midi que dans d’autres pays il serait possible de spolier les déposants, le chef des eurocrates fait marche arrière dans la soirée. Vendredi dernier il était prévu de voler tous les clients des banques à Chypre, lundi matin le profil des pigeons avait changé : c’était juste les déposants de plus de 100000€, russes de préférence qui seraient dépouillés. Eurocrates continuez à développer l’incertitude et les rumeurs, il n’y arien de mieux pour créer les paniques financières.

On vous le dit : c’est tout et n’importe quoi. Banquiers de la zone euro unissez vous, virez les eurocrates, ils sont dangeureux pour vos intérêts…



Bourse : retournement.

Alors là, nous sommes totalement bluffés.

Car le Président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem a pensé bon de préciser qu’il considère que le règlement du problème bancaire appliquée à Chypre constitue une base pour d’éventuels cas similaires, où les créanciers et actionnaires pourraient être mis à contribution.

C’est à dire que pour ceux qui n’auraient pas cru bon encore de paniquer concernant la façon dont les eurocrates gèrent la crise économique, et en particulier la crise financière à Chypre, pour ceux qui essayent de se rassurer en se disant que Chypre, c’est finalement moins qu’une F.M.N de dimension moyenne, il était nécessaire de préciser, que cet amateurisme dans la gestion de crise, que ce développement de l’incertitude que détestent les marchés, pourraient être généralisés à l’Europe entière  .

Alors là, chapeau bas ! Comment dissuader davantage les banques de prêter de l’argent, comment inciter les déposants à retirer leurs petites noisettes des banques, comment aggraver la crise de l’économie réelle, les eurocrates font encore plus fort que les dirigeants des années 30.

Quelques explications possibles : ils ont parié qu’ils feraient mieux qu’en 1929, ou ils se sont laissés infiltrés par des mouvements terroristes qui veulent détruire l’Europe et la démocratie, ou encore ils ont spéculé à la baisse, et les bourses ont bêtement monté ce matin. Peut-être encore qu’ils abusent de plaisirs qui provoquent la perte de l’entendement, dans les grands hôtels de Bruxelles, ou à la cantine du parlement européen.

Bref, en résumé, c’est au secours !

 



Chypre : improvisation.

Une seule confirmation : c’est tellement la panique, que tout et n’importe quoi est possible. Après avoir remis en cause la garantie des dépôts inférieurs à 100000€, les eurocrates reviennent sur leur décision, et décident de spolier plus lourdement les dépôts supérieurs à 100000€, et de mettre en faillite,  au petit bonheur la chance, une, voire deux banques chypriotes. C’est exactement ce qu’il ne fallait pas faire : donner l’impression que tout est possible, rien n’est improbable, que l’on organise en zone Euro un loto gigantesque en développant l’incertitude. Rien n’est gagné : les banques chypriotes ne sont toujours pas rouvertes, et les agents économiques à la première rumeur vont paniquer. à Chypre, mais aussi en Europe. C’est le règne de l’improvisation totale, sans aucune vision politique de long terme. Peu importe les conséquences des décisions prises, pour les peuples, pour la croissance économique, la seule motivation profonde c’est de profiter du système le plus longtemps possible, bref, c’est Rome ou Constantinople avant la chute.



Chypre, de mieux en mieux.

 

 

Ce n’est pas encore un jeudi noir, mais les perspectives n’ont jamais été aussi sombres, la bêtise à son apogée.

 Petit rappel, après avoir provoqué les difficultés des banques de Chypre par la gestion de la crise grecque, les eurocrates organisent l’étranglement financier du pays afin de contraindre le peuple chypriote à se laisser spolier de son épargne, et surtout de ses gisements de gaz.

L’eurocratie ressemble de plus en plus  à l’Europe allemande, tendance 1933-1945 : mépris de la démocratie, discours raciste à l’égard d’un berceau de la civilisation européenne,  et  aussi des slaves russes, forcément voleurs et corrompus, puisque sous hommes, puisque slaves, chantage à l’étranglement financier, à défaut de ne pouvoir envoyer les Panzers.

Comment peut-on parler sans rire du blanchiment d’argent russe à Chypre, et faire comme si les autres banques, notamment allemandes, étaient irréprochables chez elles?

Comment peut-on prendre le risque d’une panique bancaire, en distillant l’idée qu’en Europe la garantie des dépôts n’existe plus, qu’il est possible de laisser fermer les banques plusieurs jours dans un pays de la zone Euro, au point que les anglais sont obligés d’envoyer un avion militaire avec des billets de banque à leurs compatriotes à Chypre ?

Comment peut-on avoir l’esprit aussi étroit, et afficher une telle morgue à l’égard d’un pays ou la moitié de l’ile est encore sous le contrôle de l’armée turque, à un vol d’oiseau de la Syrie, ou les russes seraient bien contents d’installer une base militaire au cœur de la méditerranée, et  d’exploiter sans concurrence le gaz chypriote ?

Comment peut-on encore laisser ces messieurs de l’eurocratie décider de l’avenir des peuples européens, de notre avenir ?

 

 



Chypre : jeudi noir ?

Que va t-il se passer jeudi à la réouverture des banques chypriotes ? Que se passe t-il actuellement concernant les dépôts bancaires en Grèce, en Espagne, au Portugal, maintenant que ceux qui ne lisent pas « unblog comprendre la crise économique » réalisent que le rique systémique est toujours là, que la crise économique est moins que jamais résolue ?

Peut-être rien, peut-être une panique bancaire avec une cascade de retraits des comptes bancaires, puisque l’intelligente décision des eurocrates concernant Chypre, signifie à la populace que la garantie des dépôts bancaires est une fumisterie de plus. Par ailleurs il n’est pas certain que les déposants russes à Chypre, vont se laisser plumer sans mesures de rétorsion, cela ne ressemble pas à ceux qui vont habituellement skier à Courchevel.

Mais pas de panique, car comme on l’a dit dans l’article « Crédit agricole, quel risque », si le système saute, tout le monde saute, inutile d’alimenter la crise par des retraits massifs sur les comptes bancaires. Il y a juste quelques mesures de précaution à prendre : diversifier les placements, multiplier les comptes bancaires afin de répartir les risques, et puis des actifs réels existent, comme les actions, que l’on peut acheter dès maintenant en prévision du cas où nos petis billets ne vaudraient plus rien. Evidemment il n’y a pas de bonnes solutions, car si jeudi devient très difficile, les actions que l’on aurait achetées aujourd’hui et mercredi pour se protéger d’une panique sur les comptes bancaires plongeront avec les bourses…

Bref, on vous l’a dit déjà depuis longtemps, la situation reste très difficile, et on ne peut que continuer à énoncer la vérité, et c’est déjà honorable, non ?  

 



Chypre…

Lecteur assidu de un blog comprendre la crise économique vous n’êtes pas surpris. Chypre il y a plusieurs semaines qu’on vous annonce les difficultés.  La vraie surprise, c’est que l’on aille directement faire les poches des clients des banques chypriotes pour les renflouer. C’est une évolution juridique intéressante : le risque n’est plus pour l’actionnaire, mais pour le client. Tu vas acheter du jambon dans un commerce, le commerce dépose le bilan, c’est toi qui paye la note. Cela doit être le nouveau capitalisme, version eurocratie. En outre c’est une idée géniale pour inciter européens à retirer leurs dépôts de toutes les banques, histoire d’éviter de se faire taxer comme les chypriotes, sur le montant des dépôts bancaires. C’est le grand retour des lessiveuses et du risque systémique.

Dites les eurocrates, vous n’avez jamais de doutes concernant vos choix ? On dit que seuls les imbéciles ne changent jamais d’avis…



Réchauffement climatique.

12 Mars 2013 : il fait très chaud au nord de la Loire. Il n’y pas du tout de neige, trois flocons ne paralysent pas les transports. La croissance sera de 0,8% en France et le déficit budgétaire sera ramené  à 3% du P.I.B. La courbe du chômage va s’inverser. En visite en Bourgogne le Président de la République va probablement annoncer la création d’un conglomérat industriel doté de 200.000 emplois. Du coup les impôts n’augmenteront pas, et maintenant que l’on a fourgué à trois français sur quatre un moteur diesel, la fiscalité du diesel ne sera pas alignée sur celle de l’essence. Energies éolienne et solaire vont remplacer dans la décennie les centrales nucléaires, et demain toutes les voitures seront électriques.

Français, si vous avez le sentiment d’être pris pour des cons, vous avez peut-être bien raison.       



Laval, une histoire française.

Ils n’ont rien appris ni de l’histoire, ni de l’économie : vouloir baisser les dépenses du budget de la France en valeur absolue en 2014, c’est vouloir mener la même politique économique que Laval dans les années 30. Vouloir absolument contraindre les Grecs à rembourser leurs dettes avec 30% de la population active au chômage, et un P.I.B réduit d’un quart, c’est la même obstination imbécile, que d’avoir cherché à contraindre l’Allemagne de Weimar à payer la totalité des réparations de guerre.

Keynes avait en son temps dénoncé ces deux erreurs. En 2013 il ne suffira pas d’une opération de chirurgie esthétique pour dissuader les électeurs de préférer l’original à la copie. N’entendent ils pas le cadavre de l’Europe brune taper de plus en plus fort à la porte d’entrée de l’histoire des années à venir ?



12

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | On S'Bouge
| appleshoes
| CGT Association Rénovation