Europe allemande ou Europe américaine ?

Puisque l’Europe allemande ne veut pas d’une politique de relance pour le continent, puisque l’Europe allemande ne veut pas entendre le désespoir croissant des peuples qui n’en peuvent plus de la politique d’austérité qui aggrave la crise, puisque l’Europe allemande pense que les électeurs italiens sont des bouffons qui ont élu des clowns, alors qu’il s’agit de refuser la destruction de l’industrie italienne, puisque l’Europe allemande se moque de ce que cela suppose pour les prochaines élections en Europe, pourquoi ne pas essayer l’Europe américaine ?

Le président américain propose une zone de libre échange avec l’Europe : chiche. Où sont les risques pour la France ?

L’agriculture ? La concurrence entre l’agriculture française et américaine porte sur les marchés extérieurs, pas sur les marchés intérieurs. Alors plutôt que de s’accuser mutuellement de subventions, autant continuer à les multiplier et se partager les marchés.

AIRBUS ? Même remarque.

L’industrie ? on n’en a plus, ce qui reste va disparaitre, et le reste du reste peut bénéficier du marché américain. P.S.A envisage un chiffre d’affaires à plus de 50% hors Europe, c’est le moment de se placer sur le marché américain. 

L’immobilier repart aux Etats-Unis, le gaz de schiste va provoquer la réindustrialisation, et la politique économique américaine ne s’embarrasse pas de présuposés idéologiques, et on ne monterait pas dans le train???

Vous avez dit impérialisme? Mais ma bonne dame, nous sommes revenus dans l’OTAN… 



Italie : résultats des élections.

Comme prévu, les Italiens ont renvoyé le Mario de l’austérité,  et de la destruction de l’industrie italienne au profit de l’allemande, au niveau de l’insignifiant. Comme prévu, un peuple rappelle que cet eurocrate que personne n’avait jamais élu menait une politique économique illégitime. Comme prévu, les petits entrepreneurs, et une partie de la classe moyenne, donnent mandat à Berlusconi, pour protéger leurs intérêts de la destruction promise de la petite industrie  italienne par la politique des eurocrates. Et comme prévu, la démocratie est en danger, car si il existe un quart des électeurs pour voter pour le bouffon du roi, dont le discours se résume à « tous pourris », ce qui n’est peut-être pas complètement faux, c’est que la place est prête pour les aventuriers. 



Morne plaine.

Cela sent de plus en plus le Waterloo final : C.A.C – 2% aujourd’hui, la dépression économique, l’impasse des politiques pratiquées en Europe, semble chaque jour qui passe, un peu plus évidente.



Titan

Dans la belle unanimité nationale contre la lettre de Taylor au ministre des plans sociaux productifs, quelque chose dérange : comment se fait il que ceux qui sont les premiers à expliquer que les salaires et les charges sociales soient trop élevés en France, se révoltent contre quelqu’un qui accuse les ouvriers de l’usine d’Amiens Nord, de ne travailler que trois heures, et de glander autant?

Ne serait ce pas plutôt parce qu’il écrit aussi, le Directeur de Titan, que les productions chinoises sont subventionnées par le gouvernement chinois, et qu’il accuse les gouvernements américains et français de laisser faire?

Evidemment pour les tenants du libéralisme le plus dur, il est difficile d’admettre qu’une économie planifiée comme la Chine, conquiert le monde avec succès, et sans aucun respect pour les principes de la pensée unique.  

 



Baisse des prix.

On dirait que notre hypothèse de déflation se confirme : la baisse des prix à la consommation a été de 0,5% en France, en janvier 2013. Évidemment on vous expliquera que pour l’année 2012 la hausse des prix à la consommation a été supérieure à 1% en France. C’est justement ce qui rend dramatique le chiffre de janvier : -0,5% en un seul mois contre 1,3% en 12 !

C’est dire l’intensité de la crise. Pour tout vous dire, on souhaite presque, maintenant, que les eurocrates aient raison, avec leurs petits camarades économistes de l’offre, concernant la politique économique à suivre. Car si nous avons raison sur un blog comprendre la crise économique, nous qui sommes keynésiens, et qu’ils se trompent, la suite risque d’être terrible, comme en Grèce où le chômage approche des 30% de la population active, Grèce où des problèmes sanitaires et alimentaires commencent à se développer. C’était donc cela la construction européenne ?

 



La rigueur…

Après l’aveu d’un objectif de croissance raté, l’annonce de la rigueur. Retraites en baisse, allocations familiales idem, et ainsi de suite. Vous ne direz pas que vous n’étiez pas prévenus sur un blog comprendre la crise économique, il suffisait de lire les articles précedents.

Et demain, Chypre : revoilà la crise d’insolvabilité qui se rappelle à notre bon souvenir.

Aller, pour sortir de la morosité, on va bientôt vous dire pourquoi il faut sauter dans le wagon américain pour sortir le soldat France du bourbier européen, pourquoi l’Euro est une monnaie qui tue.



Guerre monétaire : confirmation

Essayant d’éviter la dépression, les banques centrales des pays développés inondent le marché monétaire de liquidités. Par la même occasion, elles cherchent à affaiblir leur monnaie, pour favoriser les exportations et pénaliser les importations.

Le comportement des banques centrales de pays intermédiaires, comme le Brésil, confirme que l’affrontement a bien commencé : elles achètent massivement de l’or afin de  se prémunir contre les violentes fluctuations des devises qui risquent de se produire. Ce n’est pas très rassurant, car elles pourraient acheter de l’Euro, puique les européens ont décidé d’être les dindons de la farce, et de de faire moins que les autres pour affaiblir leur monnaie.Ce n’est pas très rassurant, car cela veut dire que les banques centrales des pays intermédiaires anticipent des difficultés en zone Euro qui produiront fatalement un affaiblissement de la monnaie européenne.



Principe de réalité.

En politique la démarche est simple : quand on est au pouvoir, tout faire pour y rester, et, quand on n’y est pas, tout faire pour y parvenir.

En Économie c’est plus complexe, on peut servir d’agent de propagande à ceux qui sont concernés par la ligne précédente, on peut aussi essayer de définir un projet : par exemple vivre et travailler au pays.

Après on peut dire qu’il y a des méchants comme Monsieur Mittal, et des impérialistes qui seraient américains.  On peut aussi constater que quand l’eurocratie se décide à parler d’industrie, Monsieur Mittal, invité, ne se déplace pas. C’est dire la haute estime qu’il a pour les eurocrates, et la trouille qu’ils lui inspirent. On peut constater aussi que les américains se moquent éperdument du développement durable en développant le gaz de schiste, qui va relancer leur industrie, qu’ils se moquent éperdument de la rigueur, et qu’ils utilisent leur monnaie comme une arme de guerre, comme le font les Japonais, les Chinois, les Anglais.

Alors plutôt que de s’enfermer dans des références idéologiques du 19°m siècle, qui inspirent la politique économique de l’eurocratie, il vaut mieux tenter d’établir une relation gagnant-gagnant avec ceux qui sont devenus incontournables.

Cette relation ce pourrait être le dumping fiscal plutôt que le dumping social, pour attirer les F.M.N, le libre échange avec les Etats-Unis pour profiter de leur dynamisme, et s’ouvrir une porte sur le Pacifique et l’Asie. L’Allemagne de la dénatalité et des retraités n’est pas un modèle. De plus il y a tromperie sur la marchandise : ce que l’on veut nous présenter comme le modèle allemand, et qui fonctionne encore, c’est le modèle Rhénan qui a résisté,( mais pour combien de temps encore?). Par exemple quand Porche fait passer ses salariés de 35 à 34 heures de travail hebdomadaire, c’est le modèle Rhénan, et cela n’a rien à voir avec la politique imposée par les dirigeants allemands, sociaux démocrates, ou conservateurs, depuis plusieurs années.

Principe de réalité, c’est ce que nous proposons, et ce n’est pas Rhetondes, bien au contraire.

 

 



Etats-Unis : le choix gagnant.

Comme nous l’annoncions il y a deux jours la première puissance économique du monde choisit la relance. Relance par la consommation avec une proposition d’augmentation du salaire minimum de 20%, relance par les grands travaux : 15 milliards pour l’emploi dans le batiment, 50 milliards pour la réfection des ponts et routes. Qu’en pensent les Parisot, Gallois, et les eurocrates? Avec les choix d’avenir, comme le développement massif de l’exploitation du gaz de schiste qui va permettre l’autonomie énergétique, la réindustrialisation est en marche. ça donne presque envie d’accepter la zone de libre échange proposée par nos grand frères américains. L’Europe allemande on s’en fout, l’avenir est de l’autre coté de l’atlantique.  



Croissance économique française.

Finalement l’objectif  de croissance économique de 0,8% ne sera pas réalisé, c’est officiel. Franchement on est très, très, très étonné… Si on le dit depuis plusieurs mois, d’autres pouvaient le dire… Et l’objectif de déficit budgétaire non plus? Mais finalement ce n’est pas si grave, il parait… Bref sur ce coup là, on a encore dit la vérité sur unblog comprendre la crise économique. A vous de juger. RAPPEL : on laisse tous nos articles sur le site, y compris ceux qui montreraient que l’on se serait planté dans nos analyses et nos pronostics. Qui dit mieux?



12

le kiosque |
Bliid |
wowgoldhao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | On S'Bouge
| appleshoes
| CGT Association Rénovation